Mort de deux jumeaux dans la Somme: la mère mise en examen pour assassinat

Jeanne Bulant avec AFP
·2 min de lecture
(Photo d'illustration) - FRANCOIS NASCIMBENI © 2019 AFP
(Photo d'illustration) - FRANCOIS NASCIMBENI © 2019 AFP

La mère de deux jumeaux de 13 ans retrouvés morts samedi à leur domicile près d'Amiens a été mise en examen jeudi soir pour assassinat, a annoncé le parquet d'Amiens.

Une information judiciaire a été ouverte des chefs d'assassinat sur les deux jumeaux Thomas et Erik et de tentative d'assassinat sur Théo, l'aîné de 15 ans.

Une "administration volontaire de médicaments"

"Au cours de sa garde à vue", cette femme de 42 ans a cependant "fourni des déclarations changeantes qui laissent augurer des difficultés psychiatriques ou psychologiques et qui ne permettent pas à ce stade de communiquer sur les raisons de son passage à l'acte criminel", a précisé le parquet dans un communiqué.

"Les auditions du voisinage, ainsi que de l'entourage familial ou amical, réalisées depuis samedi indiquent à ce stade que rien ne semblait laisser présager de tels faits", a ajouté le parquet, qui a requis son placement en détention provisoire

L'audition du fils aîné, qui avait été hospitalisé, avait permis d'établir une "administration volontaire de médicaments en quantité importante au préjudice des trois enfants au cours de la soirée ou la nuit" de samedi, avait déclaré lundi lors d'une conférence de presse le procureur d'Amiens, Alexandre de Bosschère, évoquant un possible usage de morphine.

Une mère de famille soignée pour dépression

Samedi, vers 11 heures, la mère de famille s'était rendue chez des voisins, à Poulainville (Somme), "dans un état anormal et hagard " déclarant avoir "fait une grosse bêtise". Ces derniers s'étaient alors rendus à son domicile et avaient découvert dans une chambre Théo, indisposé, puis les jumeaux Erik et Thomas inanimés. Ils avaient aussitôt alerté les secours. De très nombreux médicaments, dont certains avaient été écrasés, ont été retrouvés, notamment à proximité des corps.

"La mère de famille était soignée pour dépression depuis plusieurs années et présentait d'autres problèmes de santé", avait aussi souligné le procureur sans entrer dans le détail.

Le père des enfants, qui vivait séparé de sa femme depuis 2018 - une procédure de divorce était en cours - s'était également rendu auprès de son fils aîné dès son hospitalisation et avait été entendu.

Article original publié sur BFMTV.com