Mort d'Elizabeth II: pourquoi le cercueil de la reine est-il doublé de plomb?

Le cercueil d'Elizabeth II quittant Holyroodhouse, le 12 septembre 2022 - BFMTV
Le cercueil d'Elizabeth II quittant Holyroodhouse, le 12 septembre 2022 - BFMTV

Les huit hommes chargés de porter la dépouille de la reine jusqu'à la cathédrale d'Edimbourg, ce lundi, ne seront pas de trop. Son cercueil, devant lequel des centaines de milliers de personnes vont se recueillir jusqu'à ses funérailles, est fabriqué dans du chêne anglais doublé de plomb, tout comme celui de son époux le prince Philip mort en avril 2021.

Comme le rapporte le quotidien britannique The Times, cette doublure de plomb permet de rendre le cercueil hermétique, puisqu'il sera déposé dans une crypte et non mis en terre. En effet, il est prévu que la dernière demeure de la reine soit le château de Windsor, et plus précisément le Mémorial du roi George VI, où reposent ses parents et sa sœur Margaret.

INews explique que cette doublure hermétique permet de protéger l'intérieur du cercueil de l'humidité, et ainsi de ralentir la décomposition du corps. Il s'agirait d'une tradition au sein de la famille royale britannique: d'après le site Mental Floss, celui de Lady Diana en contenait une également.

Les poignées en laiton sont quant à elles conçues spécifiquement pour les cercueils royaux, tout comme le couvercle, qui doit pouvoir supporter les insignes de la monarchie.

Bois rare

La société de pompes funèbres londonienne Leverton and Sons, chargée des funérailles, expliquait il y a quatre ans au Times ignorer quand et par qui ont été fabriqués les cercueils, dont elle a hérité en 1991 en commençant à travailler avec Buckingham.

"Il est fait de chêne anglais, ce qui est très difficile à trouver" et très coûteux, expliquait alors son patron Andrew Leverton. La rareté du bois, couplée à la doublure de plomb, font que "ce n'est pas quelque chose que l'on peut fabriquer en un jour", avait résumé Leverton. De quoi, sans doute, expliquer pourquoi le cercueil était prêt depuis 30 ans.

Étendard et insignes royaux

Le public ne verra pas le visage de la reine, dont le cercueil reposera fermé. Après avoir été exposé à Edimbourg, il sera transporté à Londres mardi soir. Le lendemain, il sera déposé sur un catafalque drapé de pourpre au palais de Westminster, et veillé par des gardes.

L'étendard royal, emblême de la monarchie qui flottait traditionnellement au-dessus de Buckingham, Sandrigham ou Windsor lorsque la reine s'y trouvait, recouvrira son cercueil. Y seront aussi déposés deux insignes royaux, le sceptre et l'orbe, un globe surmonté d'une croix qui symbolise le monde chrétien.

Article original publié sur BFMTV.com