Pour Marielle de Sarnez, François Bayrou cite un poème d'Eluard

Louise Wessbecher
·Journaliste cheffe de la rubrique culture, médias et divertissement
·2 min de lecture
Pour Marielle de Sarnez, François Bayrou cite un poème d'Eluard

HOMMAGE - “Voici le jour en trop”. C’est par ces mots émouvants que François Bayrou a annoncé la mort de sa fidèle amie Marielle de Sarnez, décédée d’une leucémie ce mercredi 13 janvier à l’âge de 69 ans. Des mots que le président du MoDem a empruntés à l’un de ses poètes favoris, Paul Eluard, extraits du recueil Le temps déborde.

“Voici le jour en trop. Marielle, si talentueuse et si courageuse, Marielle de Sarnez vient de partir. Notre chagrin est immense”, écrivait François Bayrou dans la soirée, pour accompagner une photo de celle qui aura travaillé à ses côtés pendant des décennies au parti centriste. La première phrase de ce court texte est en fait une citation de Paul Eluard.

Le 28 novembre 1946, alors que la mort vient d’emporter brutalement sa deuxième épouse et muse Nusch, née Maria Benz, le poète couche sa peine sur papier:

“Vingt-huit novembre mil neuf cent quarante six
Nous ne vieillirons pas ensemble
Voici le jour
En trop : Le temps déborde.
Mon amour si léger prend le poids d’un supplice.”

Signés sous le pseudonyme de Didier Desroches, ces vers seront publiés dans le recueil Le temps déborde en 1947 dont plusieurs sections sont consacrées à son grand amour Nusch, avec qui il aura partagé plus de 15 ans de vie commune. Un texte bouleversant qui traduit le choc et le chagrin de Paul Eluard après la perte de cet être cher.

Voir François Bayrou citer du Paul Eluard pour exprimer ses sentiments n’est pas si surprenant. Le président du MoDem est passionné de poésie depuis toujours, lui qui se plaît à rappeler qu’il a été un enseignant agrégé ...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.