Mort d'Aramburu: le rugby français dénonce un assassinat "d'idéologie d'extrême droite"

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
 Federico Martin Aramburu a été tué le 19 mars 2022 à Paris. (Photo: Juan Medina via Reuters)
Federico Martin Aramburu a été tué le 19 mars 2022 à Paris. (Photo: Juan Medina via Reuters)

Federico Martin Aramburu a été tué le 19 mars 2022 à Paris. (Photo: Juan Medina via Reuters)

RUGBY - Un mois après la mort de l’ancien rugbyman argentin Federico Martin Aramburu, le rugby français s’exprime. Dans une tribune publiée ce mardi 19 avril dans L’Équipe, le capitaine de l’équipe de France Antoine Dupont, Romain Ntamack, ou encore le sélectionneur Fabien Galthié dénoncent un assassinat “au motif d’idéologie d’extrême droite” et rendent hommage au joueur, qui a défendu les valeurs du rugby.

“Federico et Shaun (Hegarty, un ami témoin) étaient en dehors du terrain de jeu, et comme à leur habitude, n’ont pas laissé dire des paroles contraires à leur pensée, leur éducation, leur philosophie de vie. Ils n’ont pas tourné la tête en faisant semblant de n’avoir rien vu mais ils ont choisi de réagir, à ce qui pour eux était évidence”, saluent les signataires.

L’ex-rugbyman argentin âgé de 42 ans a été tué par balles le 19 mars, après une altercation dans un bar de Saint-Germain-des-Près à Paris, Le Mabillon. Les deux principaux suspects, Loïk Le Priol et Romain Bouvier, sont membres du Groupe Union Défense (GUD), un mouvement d’ultradroite. Ils ont été mis en examen et écroués.

“Nos différences sont notre richesse”

La tribune alerte: “Le 19 mars dernier, au petit matin, ça aurait pu être chacun(e) d’entre nous à la place de Federico.” Selon elle, le rugbyman a été “assassiné parce qu’il s’est opposé à des idées extrémistes et fascistes”. Des idées contraires aux valeurs défendues par le rugby -intégrité, passion et respect- que défendait l’Argentin, ajoute-t-elle.

“On ne peut accepter qu’un des nôtres soit assassiné en 2022 au cœur de la capitale française, parce qu’il respectait et appliquait ces valeurs, auxquelles nous ajoutons en mémoire de Federico la générosité, la bienveillance, le combat pour une justice sociale et par-dessus tout l’amour de la famille et du partage amical”, est-il souligné.

“Plus jamais un être humain ne doit mourir dans ces conditions, plus jamais une famille ne doit être endeuillée au motif d’idéologie d’extrême droite, nous continuerons à combattre pour nos valeurs, nos idées, nous lutterons toujours contre ceux qui veulent laisser entrer la haine dans notre pays, assurent les signataires. Nos différences sont notre richesse. Nous sommes une Nation.”

À voir également aussi sur Le Huffpost: Pour le VI Nations, ce test de métavers par France TV n’a pas convaincu

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles