Mort d’Yvan Colonna : des syndicats pénitentiaires mènent un blocage devant la prison d’Arles

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
© Pascal GUYOT / AFP
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

À l'appel de trois syndicats pénitentiaires, une centaine d’agents de prison bloquent la maison d’arrêt d’Arles ce jeudi, relate Le Figaro. Ils protestent contre la mise en cause du rapport de l'Inspection générale de la justice (IGJ), dénonçant des « manquements » dans le travail de deux membres du personnel pénitentiaire lors de l’assassinat de l’indépendantiste corse Yvan Colonna par un codétenu radicalisé . Après avoir reçu ce rapport, la Première ministre Élisabeth Borne annonçait la semaine dernière le déclenchement de « procédures disciplinaires » à leur encontre.

Un « défaut de vigilance »

L’annonce de la cheffe de gouvernement a provoqué la colère des agents pénitentiaires, qui bloquent ainsi la prison d’Arles pour une durée indéterminée. Comme le rappelle Le Figaro, l’ancienne directrice de la prison d’Arles, Corinne Puglierini, et un surveillant sont donc visés par ce rapport. Un « net défaut de vigilance » est reproché à l’agent chargé de l’aile où se trouvait Yvan Colonna, incarcéré à perpétuité pour le meurtre du préfet Claude Erignac en 1998. Le surveillant aurait été éloigné de sa zone « sans aucun motif ».

Lire aussi -  Mort d’Yvan Colonna : des « procédures disciplinaires » déclenchées contre deux agents de la prison d’Arles

Mais pour les syndicats Ufap Unsa Justice, CGT, FO, la faute ne peut pas retomber sur le surveillant. Le syndicat Force Ouvrière FO Justice a jugé sur Twitter qu’il n'était « pas question qu'un personnel pénitentiaire serve de fusible ...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles