Mort d’Elizabeth II: la tristesse domine en Australie

Le décès de la reine d’Angleterre fait la Une partout sur la planète. Mais la disparition d’Elizabeth II a une résonance particulière dans les pays du Commonwealth, et plus particulièrement en Australie, où elle fut la première, et jusqu’à présent la seule monarque britannique, à se rendre au cours de son règne.

De notre correspondant en Australie, Grégory Plesse

Dans les rues de Sydney, ce vendredi 9 septembre, le sentiment qui domine, c’est la tristesse. Un chagrin parfaitement représenté par Bob : « Les larmes me sont montées aux yeux ce matin, comme je pense pour la plupart des gens. Elle fait partie de nos vies depuis toujours et on ne peut aboslument rien dire de négatif à son sujet, c’était une femme exceptionnelle. »

Et même ceux qui ne sont pas particulièrement royalistes ont ce matin une boule au coeur, à l’image par exemple de Paul : « Je ne suis pas un fan de la famille royale mais je pensais que cétait une femme fantastique, qu’elle a fait du très bon travail et comme beaucoup de gens aujourd’hui, son décès m’attriste. »

Un chagrin qui toutefois affecte moins les jeunes générations. Flynn par exemple, pense que la mort de cette reine très populaire est une occasion en or pour l’Australie : « Je crois que c’est une excellente opportunité pour l’Australie de se séparer de la monarchie et de devenir une République. C’est une grande chance pour notre pays. »

Au sein du nouveau gouvernement travailliste, il y a un ministère chargé de la République. Mais pour l’instant, l'heure n’est pas au changement de régime. Le Premier ministre australien Anthony Albanese vient de décréter une période de deuil national.


Lire la suite sur RFI