La mort d'Etienne Perruchon, compositeur prolifique de musiques de films et de scènes et inventeur du langage dogorien

franceinfo Culture
Ce compositeur, qui a signé plusieurs B.O. pour Patrice Leconte, avait inventé un langage inédit, le dogorien, décliné dans une importante partie de son oeuvre.

Etienne Perruchon, compositeur d'oeuvres très variées, est mort mardi 14 mai à l'âge de 61 ans des suites d'un cancer, a-t-on appris par un communiqué de presse de la ville d'Annecy. Etienne Perruchon a composé un grand nombre d'œuvres appartenant à des genres aussi différents que la musique de film, la musique de scène, la musique symphonique, ou la chanson.

Le dogorien a donné lieu à tout un pan de son oeuvre


Il a signé la musique de nombreuses pièces de théâtre, dont plusieurs mises en scène par Charlie Brozzoni La grande Parade au cabaret de l'Ange Bleu, prix du "off" à Avignon en 1995 et Éléments moins performants de Peter Turini. Pour les besoin de ce spectacle, il crée un langage imaginaire : le dogorien. Cet étrange sabir va beaucoup compter dans son oeuvre.

"Je me suis vite pris au jeu de ce trompe-l'oreille et les comédiens également", se souvenait-il dans une interview à lire sur son site au sujet de cette langue. "Ce fut une réussite parfaite car les personnages se mettaient à chanter dans cette langue incompréhensible dès que les mots n'étaient plus assez forts pour faire passer une émotion particulière liée à une situation précise."

En 2000, la ville de Chambéry crée Dogora, grande œuvre chorale en dogorien. Trois ans plus tard, Patrice Leconte découvre l’œuvre et décide d’en faire un film musical et impressionniste Dogora, ouvrons les yeux.




Proche de Patrice Leconte


Sa complicité avec Patrice (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi