Mort d’Adama Traoré : un coup de chaleur « aggravé » par l’intervention policière, selon une expertise

Source AFP
·1 min de lecture
Cette nouvelle expertise avait été ordonnée en 2020 et confiée à des médecins belges. 
Cette nouvelle expertise avait été ordonnée en 2020 et confiée à des médecins belges.

Pour la première fois, une expertise commandée par la justice parvient à des conclusions similaires à celle demandée par la famille. La mort en juillet 2016 d'Adama Traoré a été causée par un « coup de chaleur », « aggravé » par les man?uvres d'immobilisation et de menottage des gendarmes et, dans une « plus faible mesure », par ses antécédents médicaux, conclut une nouvelle expertise judiciaire consultée lundi par l'Agence France-Presse.

Pour l'avocat de la famille Traoré, Me Yassine Bouzrou, cette expertise est un « tournant » et justifie une mise en examen des trois militaires impliqués, dont les avocats ont au contraire défendu lundi la légitimité des « gestes réglementaires » de leurs clients.

Très attendu dans ce dossier devenu un symbole du débat sur les violences policières, ce rapport établi par quatre médecins belges, dévoilé par L'Obs, a été commandé en juillet par les juges d'instruction parisiens chargés de l'enquête après le dépôt par la famille du jeune homme de rapports médicaux contredisant les experts de la justice qui mettaient hors de cause les forces de l'ordre.

À LIRE AUSSIRamata Dieng, Assa Traoré, Aurélie Garand? : au nom des frères

Bataille d'expertises

Le 19 juillet 2016, Adama Traoré, 24 ans, était décédé dans la caserne de Persan, près de deux heures après son arrestation dans sa ville de Beaumont-sur-Oise (Val-d'Oise), au terme d'une course-poursuite et après avoir échappé à une première interpellation un jour de canicule. Depuis lo [...] Lire la suite