Mort du coronavirus, le docteur nigérian Alfa Saadu a donné sa vie à l’hôpital anglais

En Grande-Bretagne, plusieurs médecins d’origine nord-africaine ou subsaharienne ont été victimes de l’épidémie. Le docteur Alfa Saadu est l’un des premiers à avoir perdu la vie dans cette bataille contre le virus. Il était une légende vivante au Royaume-Uni et au Nigeria, d’où il était originaire.

Le docteur Alfa Saadu avait 68 ans. Il avait pris sa retraite en 2017 mais continuait à enseigner et à donner des consultations. Très conscient du danger, il s'était porté volontaire pour renforcer les équipes médicales qui luttent contre le coronavirus. Un virus qui l'a emporté en moins de deux semaines.

Il aura donc sacrifié sa vie pour le NHS, le service de santé britannique, au sein duquel il a travaillé pendant 40 ans. Gériatre, il a exercé dans de nombreux hôpitaux avant de finir sa carrière comme directeur médical du Princess Alexandra Hospital.

Partage de connaissances

Il adorait partager ses connaissances avec des étudiants en Grande-Bretagne et en Afrique mais, d'après son fils, sa passion était de sauver des vies. Il était en colère quand il a entendu le Premier ministre Boris Johnson dire aux Britanniques de se préparer à perdre des gens qu’ils aimaient.

Ce n'était pas une chose à dire à la télé pour le docteur Alfa Saadu qui laisse une femme, médecin elle aussi, et deux fils. Il était attaché aux traditions du Nigeria où un hommage lui a été rendu.

►À lire aussi : Royaume-Uni: Boris Johnson appelle à maintenir le confinement