Mort de Colonna : fin du blocage de la prison d'Arles par les syndicats pénitentiaires

La colère gronde. À l'appel du syndicat Ufap Unsa Justice, une cinquantaine d'agents se sont réunis jeudi devant la maison centrale d'Arles pour protester contre les procédures disciplinaires visant l'ancienne directrice et un surveillant de l'établissement, chargé de surveiller le secteur où l’agression a eu lieu, après la remise d'un rapport sur l'assassinat d'Yvan Colonna . Sur place, le blocage a été levé en début d'après-midi.

>> LIRE AUSSIMort de Colonna : un surveillant «bouc émissaire» mis en cause, les syndicats pénitentiaires bloquent la prison d'Arles

"Le collègue est une victime"

Le militant indépendantiste corse a été assassiné par un codétenu il y a quatre mois dans cette maison centrale d'Arles. Une agression qui avait par ailleurs provoqué la colère de nombreux Corses. Mais aujourd'hui, les syndicats sont venus dénoncer les sanctions, qui visent notamment un de leurs collègues, qu'ils considèrent être un véritable "bouc émissaire ".

>> Retrouvez Europe Midi en replay et en podcast ici

Les surveillants estiment que leur collègue sert de "fusible dans un dossier politique abrasif". Nicolas travaille sur le même secteur, la même unité que le mis en cause. Devant les portes de la maison centrale d'Arles, il dénonce les conclusions du rapport qui accable son collègue. "Notre collègue a servi de bouc émissaire. Je pense que c'est un peu trop facile quand même, le collègue est une victime pour moi du système tel qu'il est à l'heure actuelle."

"On gèr...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles