Mort de Clément Méric : jusqu’à 11 ans de prison requis en appel

·2 min de lecture
Le magistrat a requis la peine la plus lourde à l'encontre d'Esteban Morillo, 28 ans, déjà condamné à onze ans en première instance et qui a reconnu être l'auteur des coups mortels.

Vendredi 4 juin, l’accusation a requis 7 et 11 ans de prison en appel contre les deux accusés ex-skinheads, jugés devant la cour d’assises de l’Essonne.

Le 5 juin 2013, Clément Méric s'écroulait en plein Paris, lors d'une rixe violente. Devant la cour d'assises de l'Essonne, les deux accusés, ex-skinheads, sont jugés en appel pour la mort « absurde » et « évitable » du jeune homme. Vendredi 4 juin, sept et onze ans de prison ont été requis à l'encontre des deux individus. Selon l'avocat général Philippe Courroye, « si la rencontre [entre la victime et les deux accusés ] est fortuite, le dossier démontre que la mort de Clément Méric n'était pas le fruit du hasard ».

« Il y a eu une montée en puissance et une forme de haine », a-t-il lancé. Lors de son réquisitoire de deux heures, il a demandé à la cour de retenir « l'utilisation d'une arme » par les deux accusés, un poing américain, dont ils ont tous les deux nié l'usage pendant les débats. Le magistrat a requis la peine la plus lourde à l'encontre d'Esteban Morillo, 28 ans, déjà condamné à onze ans en première instance et qui a reconnu être l'auteur des coups mortels. Il encourt jusqu'à vingt ans de réclusion pour coups mortels portés en réunion et avec une arme. Sept ans ont été demandés pour son coaccusé, Samuel Dufour, condamné à cette peine en 2018 pour sa participation à la bagarre.

Le « carburant inquiétant du sectarisme »

Le 5 juin 2013, Clément Méric, étudiant de 18 ans et militant antifasciste, s'est effondré sur le bitume en plein Paris, lors d'une violente et brève bagarre entre militants d'extrême gauche et skinheads d'extrême droite, en marge d'u [...] Lire la suite

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles