Mort du chanteur belge Arno à l'âge de 72 ans

·3 min de lecture
Arno en concert à Reims en 2010 - François Nascimbeni - AFP
Arno en concert à Reims en 2010 - François Nascimbeni - AFP

Le chanteur belge Arno est mort ce samedi, à l'âge de 72 ans. L'artiste, qui souffrait d'un cancer du pancréas depuis 2019, avait arrêté son traitement en début d'année. C'est ce que rapporte Le Soir, qui cite un communiqué de son agent Filip De Groote:

"Il va nous manquer à tous, à sa famille, à ses amis et à ses musiciens. Il sera toujours avec nous grâce à la musique qui l’a maintenu en vie jusqu’à la fin", déclare-t-il.

Né à Ostende le 21 mai 1949, Arnold Hintjens avait débuté sa carrière au sein du groupe rock TC Matic dans les années 1980, avec notamment la chanson Putain, putain. Il s'est ensuite fait une place de choix en solo sur la scène rock belge. Ses plus de trente ans de carrière ont été émaillés de titres emblématiques, comme Les Yeux de ma mère ou Je veux nager, portés par un personnage à la voix cassée mâtinée d'un accent flamand, souvent comparé à Alain Bashung et Tom Waits.

Discographie riche

Ses 13 albums studio témoignent d'une discographie éclectique, faite d'anglais, de français et de flamand, où les piano-voix ont autant leur place que les orchestrations rock, et où les chansons originales côtoient bon nombre de reprises.

Car c'est l'une des spécialités du rockeur: revisiter des standards venus de tous les horizons musicaux. Il s'est attaqué à Salvatore Adamo (Les Filles du bord de mer) et Serge Gainsbourg (Elisa) aussi bien qu'aux Rolling Stones (Mother's Little Helper) ou à Queen (I Want To Break Free). Autant de relectures qu'il avait réunies en 2008 dans la compilation Covers Cocktail.

Passation de relai

Ces vingt dernières années, Arno s'était intéressé à la jeune scène francophone. Il a ainsi collaboré avec Julien Doré sur le titre De mots, et signé l'année dernière l'album Vivre en collaboration avec le jeune pianiste Sofiane Pamart. Il y a à peine quelques semaines, le 22 février dernier, il était sur scène avec Stromae pour qu'ils entonnent ensemble son tube Putain Putain.

L'annonce de sa maladie était intervenue alors qu'il se trouvait en pleine promotion d'un album (Santeboutique, sorti en septembre 2019). Il avait dû interrompre sa tournée pour subir une opération.

Sur scène jusqu'au bout

La pandémie de coronavirus et l'impossibilité de tenir des concerts ont ensuite reporté plusieurs fois tout au long de 2020 la perspective de remonter sur scène. Il a malgré tout enregistré l'album Vivre, qu'il n'a pas pu promouvoir à sa sortie en raison d'une nouvelle hospitalisation pour un traitement par chimiothérapie.

Il est finalement remonté sur scène en février 2022, programmant une demie douzaine de dates à Bruxelles et à Ostende, sa ville natale, après un premier rendez-vous en petit comité dans les studios de la radio publique flamande le 12 janvier. Durant ses derniers shows, l'artiste, assis devant un micro, visage amaigri, faisait régulièrement allusion devant son public à son état de santé.

Le 21 février, dans son habituel costume noir de scène, il avait été reçu sous les ors du palais royal de Bruxelles pour un entretien avec le roi Philippe, qui avait salué "une icône de la scène musicale belge".

"Nous ne verrons plus sa silhouette dans le quartier Sainte-Catherine. Putain putain, il nous manque déjà", s'est désolé sur Twitter Philippe Close, le maire de Bruxelles, une ville dont il était citoyen d'honneur.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles