La mort de Bing Liu, chercheur travaillant sur le coronavirus, interroge aux États-Unis

Le HuffPost avec AFP
Bing Liu, un chercheur travaillant sur le nouveau coronavirus aux États-Unis, a été tué par balles le 2 mai.

INTERNATIONAL - Un scientifique d’origine chinoise, qui travaillait sur le nouveau coronavirus aux États-Unis, a été tué par balles à Pittsburg, en Pennsylvanie, et son agresseur s’est suicidé, selon les médias américains, qui parlent d’un “meurtre-suicide”. Ces derniers indiquent que la police privilégie la piste d’une dispute intime.

Bing Liu, 37 ans, a été retrouvé mort le week-end dernier à son domicile des environs de Pittsburgh, où il travaillait comme chercheur-enseignant.

Le corps de son agresseur présumé, Hao Gu, 46 ans, a été découvert à proximité, selon la chaîne locale WTAE, qui rapporte que les autorités privilégient l’hypothèse d’un suicide.

Selon la police, ce drame est le résultat d’une dispute entre les deux hommes au sujet d’un “partenaire intime” et aucun indice ne laisse penser que le meurtre de Bing Liu serait en lien avec ses recherches, a rapporté WTAE ce mercredi 6 mai.

Bing Liu était “sur le point de faire des découvertes”

Des théories du complot insinuant que le chercheur aurait été attaqué en raison de ses travaux sur le virus se sont pourtant propagées sur les réseaux sociaux. 

Ses collègues à l’université de Pittsburgh ont rendu hommage au chercheur et promis de poursuivre ses recherches. 

“Bing était sur le point de faire des découvertes très importantes pour comprendre les mécanismes cellulaires qui sous-tendent l’infection par le SRAS-CoV-2 et la base cellulaire des complications qu’il cause, a déclaré l’université dans un communiqué. Nous nous efforcerons de mener à son terme ce qu’il a commencé dans le but de rendre hommage à son excellence scientifique.”

À voir également sur Le HuffPost : Trump visite une usine de masques... sans masque (malgré les consignes)

LIRE AUSSI :

Retrouvez cet article sur le Huffington Post