Mort de Bernard Pons, ancien ministre de Jacques Chirac et artisan du RPR

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Bernard Pons le 17 octobre 1981 au siège du RPR à Paris  - PIERRE GUILLAUD / AFP
Bernard Pons le 17 octobre 1981 au siège du RPR à Paris - PIERRE GUILLAUD / AFP

L'ancien ministre et secrétaire général du RPR (ex-UMP) Bernard Pons, figure de la droite et député pendant plusieurs mandats, est mort à l'âge de 95 ans, a annoncé sa famille mercredi. Né en 1926 à Béziers (Hérault), ce fidèle de Jacques Chirac avait été plusieurs fois secrétaire d'État et ministre, notamment des Outre-mer.

Ancien patron du RPR

Il était rentré à l'Assemblée nationale en 1967 aux côtés du futur président de la République, tous deux figurant alors parmi les plus jeunes députés. Il est nommé 2 ans plus tard secrétaire d'État à l'Agriculture dans le gouvernement de Jacques Chaban-Delmas.

Bernard Pons participe à la fondation du RPR sous l'égide de Jacques Chirac et en devient le secrétaire général de 1979 à 1984.

Élu député de Paris en 1981, il devient ministre des Départements et Territoires d'Outre-mer en 1986. Il y gère alors la prise d'otages de la grotte d'Ouvéa de façon controversée, avant de devenir le patron du groupe parlementaire du RPR au Palais-Bourbon en 1988.

"La fin d'une époque" pour Nicolas Sarkozy

Après l'élection de Jacques Chirac à l'Élysée en 1995, il intègre le gouvernement d'Alain Juppé comme ministre de l'Aménagement du territoire.

Il est le seul député qui gagne dès le premier tour en 1997 malgré la victoire du socialiste Lionel Jospin une semaine plus tard. Il se retire de la vie politique en 2002.

"La disparition de Bernard Pons marque la fin d'une époque. Celle des grands moments de compagnonnage, de la politique épique, du gaullisme triomphant. J'aimais beaucoup cet homme qui a tant donné à sa famille politique", a tweetté l'ancien président Nicolas Sarkozy.

Ce père de quatre filles, qui a longtemps partagé sa vie entre la métropole et la Martinique, avait rompu avec Jacques Chirac sur la fin de sa carrière politique. "Je l'ai cru longtemps ouvert, attentif, généreux, fidèle en amitié. Je constate aujourd'hui qu'il en est autrement", affirmait-il en 2005 au Parisien.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles