Mort de Benoît XVI: Nicolas Sarkozy salue un pape qui a fait face aux crises avec "une abnégation infinie"

L'ancien président de la République Nicolas Sarkozy le 25 février 2022 à l'Elysée - Ludovic MARIN © 2019 AFP
L'ancien président de la République Nicolas Sarkozy le 25 février 2022 à l'Elysée - Ludovic MARIN © 2019 AFP

Nicolas Sarkozy rend hommage à Benoît XVI. Après la mort du pape émérite à l'âge de 95 ans ce samedi, l'ex-chef de l'État a salué un "un immense théologien, dont la pensée et les écrits irrigueront pour longtemps la vie de l'Eglise".

Il "aura aussi porté avec une abnégation infinie les crises qui ont secoué l'Église catholique à l'heure de son Pontificat mais dont les racines étaient malheureusement bien plus anciennes", a également salué Nicolas Sarkozy.

"Il y avait chez cet homme pourtant chargé du poids immense de l'Église universelle, autant de bonté, d'attention et d'écoute que d'intelligence. Nos conversations ont eu pour moi une grande importance et elles continueront de m'accompagner", a encore écrit l'ancien président de la République.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Benoît XVI a été le premier pape à s'engager auprès des victimes de violences sexuelles commis par des clercs, une action ayant contribué à faire bouger les lignes mais ternie par des accusations sur sa gestion de cas en Allemagne.

Début 2022, un rapport allemand avait accusé Joseph Ratzinger de n'avoir pris aucune mesure pour écarter quatre ecclésiastiques soupçonnés de violences sexuelles sur mineurs lorsqu'il était archevêque de Munich dans les années 1980.

Dans son message d'hommage, Nicolas Sarkozy a également noté que Benoît XVI avait été le dernier pape "à avoir réservé à la France une visite apostolique", lorsqu'il l'avait lui-même accueilli en 2008.

Son successeur, le pape François, a expliqué mi-décembre qu'il envisageait de se rendre à Marseille en 2023 pour un forum Méditerrannée, à l'occasion d'une rencontre entre évêques, précisant cependant qu'il ne s'agirait pas d'une visite officielle du chef de l'État du Vatican en France. En 2014, il s'était rendu à Strasbourg pour visiter les institutions européennes.

Article original publié sur BFMTV.com