Mort de Ahmed Zaki Yamani, ancien ministre saoudien du Pétrole

par Rania El Gamal
·3 min de lecture
MORT DE AHMED ZAKI YAMANI, ANCIEN MINISTRE SAOUDIEN DU PÉTROLE

par Rania El Gamal

DUBAI (Reuters) - Ahmed Zaki Yamani, ancien ministre saoudien du Pétrole qui incarnait l'ascension de la puissance pétrolière de l'Arabie Saoudite, est décédé à l'âge de 91 ans, à Londres, ont rapporté mardi les médias d'Etat saoudiens.

Ahmed Zaki Yamani a dirigé pendant 24 ans, de 1962 à 1986, les affaires pétrolières du plus grand producteur de brut au monde, faisant de lui une célébrité mondiale pendant les "chocs pétroliers" inflationnistes des années 1970.

Né le 30 juin 1930, fils d'un érudit islamique et juge à la Mecque, Ahmed Zaki Yamani devait suivre les pas de son père et son grand-père dans l'enseignement.

Après avoir étudié le droit au Caire, il part pour l'université de New York et Harvard. De retour en Arabie Saoudite, il crée un cabinet d'avocats et s'engage dans le gouvernement, attirant l'attention du futur roi Faisal.

Ahmed Zaki Yamani devient une figure de proue du développement de l'OPEP, fondé en 1960, et de l'indépendance pétrolière de son pays avec une série de mesures prises dans les années 1970 et qui ont abouti à la nationalisation totale de Saudi Aramco en 1980.

LES ROIS DU PÉTROLE

Au moment de la guerre des six jours en 1967, Yamani a annoncé un embargo sur les livraisons de pétroles aux pays amis d'Israël. Mais l'embargo n'a pas tenu avec les stocks élevés en Occident et l'approvisionnement supplémentaire du Venezuela et de l'Iran pré-révolutionnaire.

En 1973, Yamani déclenche un autre embargo pétrolier, à la suite du quatrième conflit israélo-arabe. Cette fois, le prix du brut se voit multiplié par quatre et marque le point culminant de la puissance de l'OPEP, causant un récession dans les économies occidentales, connue comme le premier choc pétrolier.

Une surabondance de l'offre, née de la récession du début des années 1980 en Occident, a cependant fait baisser la demande de pétrole, poussant le roi Fahd a demander à son ministre une hausse du prix du brut.

Au lieu de cela, Ahmed Zaki Yamani a réduit la production saoudienne à son niveau le plus bas depuis 20 ans, soit seulement 2 millions de barils par jour, dans un effort pour soutenir les prix.

Ayant désobéi au roi, il apprit son licenciement par une annonce publique à la télévision saoudienne, en octobre 1986.

Yamani s'est ensuite retiré de la fonction publique pour devenir la figure de proue d'un cabinet de conseil, le Centre for Global Energy Studies.

Interrogé par Reuters en septembre 2000, lors du 40e anniversaire de l'OPEP, Yamani avait mis en garde contre la technologie, entrevoyant la fin de l'âge du pétrole.

"La technologie est un véritable ennemi pour l'OPEP", a-t-il déclaré. "La technologie réduira la consommation et augmentera la production des zones en dehors de l'OPEP".

"L'âge de pierre ne s'est pas terminé parce que le monde a manqué de pierre, et l'âge du pétrole se terminera bien avant que le monde ne manque de pétrole."

(Version française Kate Entringer, édité par Blandine Hénault)