Mort de 5 personnes d'une même famille dans l'Ain, le forcené abattu par le GIGN

Depuis ce 20 juillet dans la matinée, les gendarmes du GIGN étaient sur les lieux où le forcené s'était retranché dans une maison familiale.
Depuis ce 20 juillet dans la matinée, les gendarmes du GIGN étaient sur les lieux où le forcené s'était retranché dans une maison familiale.

Depuis ce 20 juillet dans la matinée, les gendarmes du GIGN étaient sur les lieux où le forcené s'était retranché dans une maison familiale.

FAITS DIVERS - Un homme d’une vingtaine d’années, retranché dans une maison ce mercredi 20 juillet à Douvres dans l’Ain, a été abattu par le GIGN après avoir tué cinq personnes.

Ces cinq personnes -dont trois enfants- étaient membres d’une famille recomposée dont l’auteur des faits faisait partie. Elles ont été retrouvées mortes dans la maison. Le détail des liens familiaux n’est pas encore établi avec certitude.

Le suspect était armé d’un fusil et d’un katana (sabre japonais) quand les gendarmes, présents sur place depuis mardi soir, sont intervenus avec le renfort du GIGN, a précisé une source proche du dossier à l’AFP.

“Les négociateurs ont essayé de rentrer en contact avec lui toute la nuit, en vain, et l’assaut a été donné dans la matinée”, a déclaré cette source. Sollicité par l’AFP, le parquet de Bourg-en-Bresse n’a pas souhaité s’exprimer sur l’affaire à ce stade. Il devrait publier un communiqué de presse en fin d’après-midi.

Une famille installée à Douvres depuis juillet 2020

Selon France 3 Auvergne-Rhône-Alpes, cette famille était installée dans la commune depuis juillet 2020 et selon le maire de cette petite commune voisine d’Ambérieu-en-Bugey, Christian Limousin, la famille “commençait à s’investir dans le village”.

Une connaissance de la famille a indiqué sur place que l’auteur de la tuerie avait 22 ans et travaillait dans une enseigne de restauration rapide dans une ville voisine.

Le drame s'est déroulé à Douvres, une commune d'un peu plus de 1000 habitants, à 50km au nord-est de Lyon.
Le drame s'est déroulé à Douvres, une commune d'un peu plus de 1000 habitants, à 50km au nord-est de Lyon.

Le drame s'est déroulé à Douvres, une commune d'un peu plus de 1000 habitants, à 50km au nord-est de Lyon.

Une centaine de gendarmes, dont des envoyés du groupement de l’Ain, de l’antenne du GIGN, et des techniciens d’investigation criminelle étaient sur les lieux, alors qu’un large périmètre a été tendu par la gendarmerie autour du centre de ce village d’un millier d’habitants situé à une cinquantaine de kilomètres au nord-est de Lyon, dont les accès ont été bouclés, a constaté un journaliste de l’AFP.

“Ce matin à 8h30, les gendarmes m’ont demandé de ne pas ouvrir mon bar”, a raconté à l’AFP Tania, trentenaire qui tient le café du village depuis mars. “La mère d’une des victimes m’a appelée pour me dire qu’elle n’arrivait pas à joindre sa fille depuis hier”, a ajouté la commerçante.

À voir également sur Le HuffPost: “Vous devez faire plus”: Joe Biden interrompu par le père d’une victime de fusillade

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles