Mort à 80 ans de Neal Adams, le dessinateur qui a révolutionné Batman

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Neal Adams - Nicholas Roberts / AFP
Neal Adams - Nicholas Roberts / AFP

Un des plus grands dessinateurs américains est mort ce vendredi. Connu pour son franc-parler et son coup de pinceau réaliste, l'Américain Neal Adams, est mort des suites d'une sepsis à 80 ans, a annoncé sa femme au Hollywood Reporter.

C'est lui qui a révolutionné Batman dans les années 1960 et 1970, en racontant ses aventures avec un trait réaliste et en utilisant des cadrages dynamiques, très inspiré par le cinéma et les thrillers d'Alfred Hitchcock.

Neal Adams a influencé plusieurs générations de dessinateurs et a participé à la création de plusieurs antagonistes cultes de l'univers de Batman comme Ra's al Ghul ou Man-Bat.

Il était aussi à l'origine de l'un des premiers super-héros noirs de DC, Jon Stewart dans Green Lantern. Sous son impulsion, le Joker a aussi perdu en comédie pour devenir le psychopathe que l'on connaît.

Un dessinateur politique

On doit aussi à Neal Adams l'une des planches les plus importantes de l’histoire de la BD américaine, publiée dans le numéro 76 de Green Lantern en avril 1970, et écrite par son acolyte de l'époque, le scénariste Dennis O’Neil.

Neal Adams y met en scène un homme noir apostrophant Green Lantern et lui reprochant de ne pas se soucier du destin de la communauté noire.

La planche avait fait l'effet d'une petite bombe dans le milieu culturel à l'époque. Peu de dessinateurs avaient osé aborder frontalement des questions aussi politiques.

"Beaucoup de mes collègues se sont moqués de cette page. Ils m’ont reproché de faire de la prédication. Ce n’était pas le cas", nous avait raconté Neal Adams en 2018 au ComicCon de Paris. "Nous faisions des BD d’action qui avaient une ambition, une thèse à défendre".

"Je suis un héros. Et alors?"

Dans les années 1970, Neal Adams est également monté au créneau pour défendre les droits des auteurs de BD. C'est notamment grâce à son engagement que Joe Shuster et Jerry Siegel, les créateurs de l’Homme d’acier, ont pu obtenir une pension et la reconnaissance des droits de Superman.

Modeste, Neal Adams préférait minimiser son engagement dans cette lutte: "Je suis un héros. Et alors? Il existe des types biens. Cela ne devrait pas vous surprendre. Pour certaines personnes [c’est un moment important]. Pas pour moi."

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles