Morceau de bravitude : en son temps, l'ambassadeur Rocard disait bien pire du gouvernement que Royal

Décidément, ils ne savent plus rigoler… Invitée de France Inter ce jeudi 16 janvier, la porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye, s'est montrée intraitable avec Ségolène Royal. Cette dernière le confirmait ce mardi sur son compte Facebook : elle devrait sous peu être éjectée de son poste d'ambassadrice des pôles en raison de ses prises de position façon brise-glace traversant la banquise contre le gouvernement, jugées "parfaitement inacceptables" par Sibeth Ndiaye. A l'antenne de la radio publique, la porte-parole du gouvernement a fait part de sa "grande déception vis-à-vis de Ségolène Royal", regrettant "qu'elle ignore la différence entre faire de la politique et faire de la diplomatie, qu'elle méconnaisse ce qu'est la neutralité de la fonction publique". Signe que les temps ont bien changé : le prédécesseur de Ségolène Royal à ce poste d'ambassadeur thématique, Michel Rocard, n'avait pas eu à s'inquiéter pour son poste en 2010 lorsqu'il avait comparé, dans Marianne, la politique de Nicolas Sarkozy à celle du régime de Vichy…

Lire aussi Ségolène Royal, (presque) limogée de son poste d'ambassadrice des Pôles, se prend une calotte

Un épisode que Léa Salamé a justement rappelé à Sibeth Ndiaye, cette dernière ne déviant pas d'un millimètre de sa ligne de communication : "Moi je crois de la même manière qu'il faut qu'on ait dans l'Etat une forme de respect vis-à-vis des codes déontologiques, et donc oui, un ambassadeur au Moyen-Orient ne donne pas un avis contraire à ce qu'est la position de la France sur les conflits moyen-orientaux


Lire la suite