Morbihan : des salariés d'une fonderie mise en vente par Renault bloquent le site et retiennent la direction

franceinfo avec AFP
·1 min de lecture

Ils demandent leur maintien au sein du groupe. Renault a réclamé la levée du blocage, qui dure depuis mardi matin.

Les salariés de la Fonderie de Bretagne, mise en vente par le groupe Renault, bloquent depuis mardi 27 avril au matin l'usine de Caudan (Morbihan) pour demander leur maintien au sein du groupe automobile. Un blocage qui empêche la direction de sortir, et constaté par France 3 Bretagne sur place.

Le constructeur automobile avait annoncé le 11 mars son intention de se séparer du site, qui emploie 350 salariés, afin selon lui de "pérenniser les activités et les emplois".

Mardi soir, la direction de Renault a condamné le blocage de l'usine et appelé à un "retour au calme immédiat". Selon celle-ci, "un groupe de salariés (...) retient actuellement sept membres de l'entreprise". Son communiqué ajoute que "la recherche d'un repreneur suit actuellement son cours".

"On veut une discussion franche et ferme"

"On bloque depuis 10 heures parce qu'il ne se passe absolument rien, notre avenir s'assombrit", a déclaré à l'AFP Maël Le Goff, secrétaire général CGT de l'usine, qui affirme que "cinq personnes de la direction sont à l'intérieur".

"Elles ne sortiront pas tant que nous n'aurons pas de réponse", a-t-il assuré, ajoutant que "la production et l'expédition des pièces" étaient également bloquées.

D'après Eric Blanchier, élu CGT, le blocage a commencé quand "l'équipe du matin a voulu rencontrer le directeur de l'usine. Mais aucune discussion n'est possible et elle a décidé de ne pas reprendre le travail." "On veut une discussion franche et ferme avec la direction de Renault et la (...)

Lire la suite sur Franceinfo

Ce contenu peut également vous intéresser :

A lire aussi