"Moratoire", "quotas"... Au débat de la droite, les candidats LR unanimes pour limiter l'immigration

·2 min de lecture
Éric Ciotti, Valérie Pécresse, Michel Barnier, Philippe Juvin et Xavier Bertrand lors du débat de la droite sur BFMTV-RMC, le 14 novembre 2021. - BFMTV
Éric Ciotti, Valérie Pécresse, Michel Barnier, Philippe Juvin et Xavier Bertrand lors du débat de la droite sur BFMTV-RMC, le 14 novembre 2021. - BFMTV

876450610001_6281974071001

Le sujet a fait consensus. Interrogés sur l’immigration lors du grand débat de la droite organisé par BFMTV et RMC ce dimanche, les cinq candidats à l’investiture des Républicains ont tous fait montre de leur volonté de réduire l’arrivée d’étrangers sur le territoire national.

Parmi eux, Philippe Juvin a été l’un des plus virulents, assurant que "la France n'est pas un supermarché où on entre avec son caddie et on prend ce qu'on veut."

"Il faut limiter", a déclaré le maire LR de la Garenne-Colombes tout en expliquant que "l'idée d'immigration zéro ça n'est pas possible." Il s’est notamment opposé à l’idée de réduire le nombre d’étudiants sur le territoire européen.

Des réductions drastiques pour Bertrand

De son côté, le président des Hauts-de-France Xavier Bertrand a contre-attaqué en chiffrant: il souhaite "baisser de 30% l’immigration du travail", "réduire de moitié l’immigration des étudiants qui viennent en France" et "diviser par trois l’immigration familiale".

"Pour faire venir sa famille en France, il faudra, avec ces nouveaux quotas, pouvoir justifier de revenus pour la faire vivre, d’un logement suffisant, mais il faudra aussi parler le Français. Ceux qui ratent cet examen ne pourront pas venir et rester en France", a-t-il proposé.

876450610001_6281970561001

Barnier pour "un moratoire", Pécresse pour "des quotas"

Pour Michel Barnier, il est important de "proposer un moratoire" sur l’immigration car selon lui, il faut donner "un coup d’arrêt immédiat à ces flux et même à tous les flux." Il a lui aussi préconisé de réduire "drastiquement" le regroupement familial et de stopper "immédiatement toutes les régularisations massives".

876450610001_6281969423001

Valérie Pécresse assure sa proposition sera "plus efficace" que ce moratoire. Elle souhaite faire voter des "quotas migratoires" chaque année par le Parlement, par type d'immigration - notamment pour "limiter au maximum le regroupement familial" - mais aussi par pays car tous "ne posent pas les mêmes problèmes".

"Vous voulez des visas? Vous donnez les laissez-passer consulaires pour rapatrier vos clandestins", a résumé Valérie Pécresse pour expliquer sa proposition. "Pour l'Algérie, le Mali ou le Pakistan, ce sera immigration zéro s'ils ne reprennent pas leurs clandestins." 876450610001_6281969394001

Ciotti pour la fin du droit du sol

Eric Ciotti, lui aussi favorable à l'arrêt du regroupement familial, a en outre plaidé pour la fin du droit du sol - un enfant né en France de parents étrangers peut aujourd'hui acquérir la nationalité française automatiquement à sa majorité.

876450610001_6281968608001

"On ne peut plus devenir français par le hasard du droit du sol, il faut devenir Français par la filiation - le droit du sang - ou alors par un long parcours de naturalisation, d'au moins dix ans", a-t-il plaidé.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles