Montpellier: comment le MHB a rapatrié la famille réfugiée d'un ancien maire afghan

·3 min de lecture
Julien Deljarry, président du Montpellier Handball, à Paris le 14 novembre 2019 - Icon Sport
Julien Deljarry, président du Montpellier Handball, à Paris le 14 novembre 2019 - Icon Sport

De Skopje, en Macédoine du Nord, le Montpellier Handball est rentré mercredi soir en France avec une victoire en Ligue des champions (31-25 contre le Vardar)... et une famille de réfugiés afghans. Maire entre 2002 et 2008 de Ghazni, à 150 kilomètres au sud de Kaboul, Hakimullah Ghazniwal, son épouse, ses sept enfants et une belle-fille ont embarqué dans l'avion du MHB après un long et périlleux périple.

Cible des talibans qui sont revenus au pouvoir en Afghanistan, Hakimullah Ghazniwal, 60 ans, avait été fait citoyen d'honneur de Montpellier en mai 2003. L'édile de l'époque, Georges Frêche, l'avait décoré lors d'une venue dans la cité héraultaise. Au cours de ce séjour, l'élu afghan avait d'ailleurs assisté à un match du MHB, peu après le premier sacre en coupe d'Europe. "Il y a une histoire, une boucle qui se termine aujourd'hui", se réjouit Julien Deljarry, président du club, qui raconte à RMC Sport comment cette opération s'est montée.

"La mairie de Montpellier nous a fait cette demande vendredi. (...) Ça a été beaucoup d'énergie à dépenser. Il fallait trouver des solutions pour changer d'avion, avoir les visas... On était les organisateurs de ce voyage, donc il fallait que tout se passe bien. Jusqu'au match, on était très concentrés sur la rencontre. On n'avait pas vraiment la tête au reste. Puis dès que le match s'est terminé, on s'est dit qu'un deuxième démarrait pour ramener toute cette famille", a expliqué le dirigeant, dont la "fierté" était "au plus haut" à l'atterrissage à Montpellier.

"Le club est plus qu'un club de sport"

"Quand le cabinet du maire m'a appelé, on n'a pas réfléchi deux secondes, assure-t-il. Même s'il peut y avoir des répercussions politiques, des difficultés sur place, notre engagement sociétal fait que lorsqu'on peut prendre part à une action aussi importante, on le fait avec beaucoup d'énergie et de plaisir. Le club est plus qu'un club de sport. Il rayonne aussi pour sa ville".

L'émotion était particulièrement forte pour Julien Deljarry lorsqu'il a accueilli Hakimullah Ghazniwal. "La poignée de main de cet ancien maire afghan, qui ne me connaît pas, mais qui sait qu'on prend part au fait qu'il revienne à Montpellier... On a senti beaucoup de reconnaissance. Je l'ai senti à cette poignée de main et le regard qu'il m'a donné".

Un appel à l'aide envoyé par mail

Hakimullah Ghazniwal avait lancé un appel au secours le 21 août, par le biais l'adresse mail générique de la ville de Montpellier: "Je suis l'ancien maire de Ghazni, en Afghanistan, et j'ai été très honoré de visiter votre ville et d'y recevoir la médaille d'honneur en 2003. Aujourd'hui, à Kaboul, (...) je sollicite votre aide d'urgence pour sortir du pays avec ma famille, car nous sommes en danger". Dès lors, la municipalité dirigée par le socialiste Michaël Delafosse s'est organisée avec l'ONG Open Society.

Initialement, une évacuation était prévue avec l'aide des forces internationales présentes sur place. Mais l'attentat du 26 août à l'aéroport de Kaboul a bouleversé les plans. L'ex-maire et ses proches ont finalement pris un bus pour rallier Mazar-i-Sharif, dans le nord de l'Afghanistan, le 3 octobre, d'où ils ont pris un vol pour Tbilissi (Géorgie), le 8 octobre, puis Skopje, où le MHB jouait mercredi.

Le lien d'Hakimullah Ghazniwal avec Montpellier s'explique par la volonté de Georges Frêche, décédé en 2010, de s'impliquer dans la reconstruction de l'Afghanistan après l'intervention militaire de la coalition internationale consécutive au 11 septembre 2001. Une délégation montpelliéraine s'était rendue sur place, et des autobus avaient été envoyés à Ghazni. L'élu local avait alors fait le chemin inverse en 2003. Le revoilà à Montpellier, 18 ans après.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles