Monte le son, il y a le feu !

Libération.fr
Seth Robertson et Viet Tran, étudiants ingénieurs à l'université américaine George Mason, testent leur prototype d'extincteur sonore.

Deux étudiants américains ont mis au point un sac à dos extincteur qui fonctionne grâce à des ondes sonores basses fréquences.

Votre caisson de basse pourrait faire bien plus que mettre le feu à vos soirées : il pourrait vous sauver la vie en l’éteignant. Viet Tran et Seth Robertson, deux étudiants en ingénierie à l’université américaine George Mason, viennent de mettre au point un sac à dos extincteur capable d’éteindre un feu grâce à l’émission d’ondes sonores à basses fréquences. Démonstration.


Pour réaliser ce projet de fin d’études, les deux étudiants sont partis des travaux déjà réalisés dans ce domaine par la Darpa (Defense Advanced Research Projects Agency). L’Agence américaine avait déjà établi que l’émission de basses fréquences sonores dispersait les flammes, baissait leur température, et finissait par stopper la combustion. Mais faute d’application concrète de cette découverte, elle n’avait pas poussé le projet plus avant.


«Ma première impression était que jamais cela ne fonctionnerait, confie Brian Mark, le professeur qui a supervisé leur projet. Certains élèves prennent le chemin sûr, Viet et Seth ont pris l’option à haut risque.» Avec 600 dollars (550 euros) d’investissement personnel et après au moins autant de tentatives infructueuses, Tran et Robertson ont réussi – là ou tout le monde les voyaient échouer – à mettre au point un dispositif sonore anti-incendie miniaturisé et efficace.

Contrairement à la Darpa, les deux étudiants ne manquent pas d’idées d’applications possibles pour leur invention, à l’instar de cette cuisinière qui serait équipée de leur système pour lutter contre les feux de graisses qui peuvent survenir lors d’une cuisson. Mais Tran – décrit comme le «visionnaire» par opposition au «pragmatique» Robertson – voit plus loin que la cuisine, et imagine des drones survolant les incendies au plus près des flammes, évitant ainsi de risquer des vies humaines. Mais le rêveur n’en a jamais assez : «Les incendies sont un grave problème dans (...) Lire la suite sur Liberation.fr

Tiens, si je m'achetais un lance-flammes?
Le fabricant de robots Festo sort un nouvel animal de son bestiaire
En Irlande, un drone chien de berger
Soyouz relance Galileo
Le vaisseau Soyouz a décollé