Montand et Signoret vivants, Benjamin Castaldi n’aurait « probablement pas présenté Secret Story »

·1 min de lecture

On a parfois tendance à l’oublier, mais avant d’être l'un des chroniqueurs phares de Cyril Hanouna dans Touche pas à mon poste !, ou le premier animateur français à avoir accepté de présenter une émission de télé-réalité, Benjamin Castaldi est d’abord le petit-fils d’Yves Montand et Simone Signoret. Le présentateur télé compte bien nous le rappeler, notamment à travers la sortie d’un livre qu’il a lui-même écrit. C’est justement pour parler du couple mythique auquel il rend hommage dans Je vous ai tant aimés... publié aux éditions du Rocher le 10 février prochain, que Benjamin Castaldi a accepté de recevoir la journaliste du Parisien Week-end chez lui dans les Hauts-de-Seine. Là-bas, il a notamment conservé le César reçu par sa grand-mère en 1978. Sept années plus tard, elle est décédée, en 1985. Le jeune Benjamin avait 15 ans. Six ans plus tard, c’est Yves Montand qui s’éteint, en 1991. Sans la mort de ses grands-parents, Benjamin Castaldi aurait peut-être vécu différemment. « Je n'aurais certainement pas arrêté mes études. J'avais raté Sciences Po, mais je me serais sûrement lancé une deuxième fois. Et je n'aurais probablement pas présenté ‘Secret Story’… », confie dans Le Parisien Week-end Benjamin Castaldi.

Celui qui avait accepté de présenter Loft Story sur M6 en 2001 alors que l’émission était très décriée, avait persisté et signé sur TF1 en présentant Secret Story à partir de 2007. Cette nouvelle aventure aurait peut-être fait peur à sa grand-mère, de nature « très inquiète (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Raphaël, le fils de Charlotte Casiraghi et Gad Elmaleh : "un mélange monakech", selon son papa
Jean-Michel Blanquer pas au top : « On se demande ce qu’il a en ce moment », s’interrogent ses proches
"Je ne le supportais pas !" : Hélène Rollès cash sur son acolyte Patrick Puydebat
Catherine Hiegel et Richard Berry, une relation difficile et violente : « Il m’a toujours fait peur »
"Une idée moyenâgeuse" : Gérald Kierzek ne veut pas entendre parler d'un 3e confinement