Montagne : la pratique du ski de fond explose, les loueurs peinent à répondre à la demande

Au Grand-Bornand, en Haute-Savoie, le domaine nordique est de plus en plus fréquenté. Le ski de fond fait de nouveaux adeptes avec la fermeture des remontées mécaniques. "On a une bonne sensation de glisse, c’est très agréable", s’enthousiasme un père de famille. "On n’a pas trop le choix, mais j’ai toujours voulu essayer, c’était l’occasion", explique un autre skieur. Un engouement qui profite aux magasins de location. Face à cette nouvelle demande, difficile de satisfaire toute la clientèle. "On n’a plus toutes les pointures, on a un peu trop de demande", selon une vendeuse. Certains clients ont appelé en avance pour réserver leur matériel. Rupture de stock de matières premières Le magasin est spécialisé dans le ski alpin : il réalise 30% de son chiffre d’affaires avec le ski de fond. Ses 350 paires en stock ont été louées en un temps record. "On peut parler de pénurie. On a essayé d’avoir un peu de réassort vis-à-vis des fournisseurs, mais c’est très compliqué, ils ont arrêté les productions, ils sont en rupture de stock avec la matière première", déplore Quentin Missillier, cogérant du magasin de sport. C’est le cas de l’entreprise Rossignol, qui est dans l'impossibilité de produire massivement dans des délais si réduits. La conception des skis nécessite des matériaux techniques, dont l’approvisionnement peut prendre plusieurs mois. Les lignes de production tournent désormais pour l’année prochaine.