Montagne d'or en Guyane : recours de l'Etat contre la prolongation de la concession minière

·2 min de lecture

"Le gouvernement a décidé de former un recours contre la décision du tribunal administratif de Cayenne en date du 24 décembre 2020, qui enjoignait l'Etat de prolonger sous six mois les concessions de la Compagnie Montagne d’Or en Guyane et d'en fixer la durée", selon un texte signé par plusieurs ministres.

Le gouvernement a réaffirmé son opposition au projet minier Montagne d'or en Guyane en déposant un recours contre le tribunal administratif qui lui avait ordonné de prolonger les concessions minières, ont annoncé trois ministres le 3 janvier 2021 dans un communiqué.

"Pas compatible avec les ambitions du gouvernement en matière d'environnement"

"Le gouvernement a décidé de former un recours contre la décision du tribunal administratif de Cayenne en date du 24 décembre 2020, qui enjoignait l'Etat de prolonger sous six mois les concessions de la Compagnie Montagne d’Or en Guyane et d'en fixer la durée", selon le texte signé par les ministres de la Transition écologique Barbara Pompili, des Outre-mer Sébastien Lecornu et la ministre déléguée à l'Industrie Agnès Pannier-Runacher. "Les premières requêtes ont été déposées à cette fin auprès de la Cour administrative d’appel de Bordeaux lundi 25 janvier 2021", précise le communiqué. Pour les trois ministres, "le projet Montagne d'or tel qu'il a été présenté n'est pas compatible avec (les) ambitions (du gouvernement, ndlr) en matière d'environnement, rappelées le 11 janvier dernier par le président de la République à l'occasion de la quatrième édition du One Planet Summit dédiée aux enjeux de protection de la biodiversité".

L'attente d'un développement plus durable du secteur

A l'occasion du premier Conseil de défense écologique du 23 mai 2018, Emmanuel Macron s'était exprimé en faveur de l'arrêt de ce projet minier. L'Etat n'avait donc pas donné suite aux demandes de prolongation des concessions sollicitées par la compagnie, rappellent les ministres. Pour Mme Pompili, "cette affaire met en lumière le fait qu'une réforme du code minier est nécessaire pour apporter des réponses concrètes aux parties prenantes et prendre davantage en compte les enjeux environnementaux en amont des projets miniers". "La concertation sur ce texte a été engagée avec les élus locaux, en prévision d'un examen dans le cadre du projet de loi Climat e[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi