Montée des eaux : voici à quoi ressembleront les villes avec +1,5 °C ou +3 °C de réchauffement

·2 min de lecture

La montée des eaux va se poursuivre pendant des siècles, même si l’humanité parvient à limiter le réchauffement à 1,5 °C par rapport à l’ère préindustrielle. C’est le cri d’alarme d’une équipe de chercheurs qui ont publié une étude sur les risques encourus par les villes au cours des 200 à 2.000 prochaines années, et selon les différents scénarios de réchauffement. La plupart des estimations actuelles d’élévation du niveau de la mer courent jusqu’à la fin du siècle, mais le phénomène va se poursuivre bien au-delà de 2100 sous l’effet de l’accumulation du dioxyde de carbone dans l’atmosphère et de la fonte des glaces. Au final, le niveau de la mer pourrait gagner jusqu’à 8,9 mètres dans un scénario à +4 °C. « La concentration actuelle de CO2 est de 50 % supérieure à celle de 1800 et la température moyenne à la surface de la Terre a augmenté de 1,1 °C. C’est suffisant pour faire monter le niveau des mers de près de deux mètres, que cela prenne deux siècles ou dix siècles », avance à l’AFP Benjamin Strauss, l’auteur principal de l’article publié dans la revue Environmental Research Letters.

15 % de la population mondiale sous le niveau de la mer

Les chercheurs ont modélisé l’impact de cette montée des eaux sur 50 grandes villes côtières (voir les simulations ci-dessous), et conclu que de larges portions de zones habitées se retrouveront sous le niveau de l’eau. Environ 385 millions de personnes vivent actuellement sur des terres menacées par les inondations à marée haute. Si le réchauffement est limité à 1,5 °C, 510 millions de personnes seront affectées et en cas de réchauffement à 4 degrés, la ligne de marée haute pourrait empiéter au-dessus des terres où vivent actuellement un milliard de personnes, soit 15 % de la population mondiale.

Comment ces 6 villes européennes se protègent contre les inondations

C’est l’Asie, qui compte neuf des dix mégapoles à plus haut risque, qui sera la plus durement frappée, avec en tête de liste la Chine, l'Inde, l'Indonésie, le...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles