Monstres ou divinités ? A Biarritz les sculptures monumentales de Max Boufathal interpellent le visiteur

Elles posent comme des guerriers protégeant leur armée, elles gonflent le torse et refoulent les mauvais esprits, elles, ce sont les sculptures imposantes de Max Boufathal. L'artiste basque présente ses oeuvres à la galerie des amoureux à Biarritz jusqu'au 15 janvier.

Les douze fantastiquesLa série que Max Boufathal expose à Biarritz s'intitule Les douze fantastiques. Trois colosses mi-homme, mi-dieu, animaux mythologiques, masques d'animaux ou peau d'ours accrochée au mur, le collectif porte en lui la force et le courage du groupe. "C'est une armée avec des personnages, un bestiaire, des oeuvres protectrices", souligne Christine Guiglion, directrice de la galerie. Telle une planche anatomique sortie d'un museum d'histoire naturelle, ces trois géants à la stature imposante (2m35) donnent au visiteur le sentiment d'une présence vivante.Fait main et métissageLe travail de Max Boufathal se rapproche d'une certaine forme d'artisanat. L'artiste réalise lui-même ses œuvres avec des sacs poubelle, des couvertures de survie, des matériaux simples tressés et travaillés à la manière traditionnelle du tissage africain ou océanien. Les têtes des personnages moulées dans du plâtre et enduites de cirage noir évoquent aussi l’histoire des enfants des rues, devenus petits cireurs de chaussures. Un territoire personnel, dans lequel Max Boufathal rend hommage à cette culture amérindienne quasiment disparue, mais dont les traces restent vivantes. "Grâce à mon métissage qui est l’expression d’un brassage génétique ultra-performant et d’un mélange culturel à la pointe des exigences de notre temps, je me sers de l’art comme terrain d’entraînement", explique l'artiste à propos de sa démarche. Les douze fantastiques - exposition Max Boufathal Galerie "Les amoureux"- Jusqu'au 15 janvier - Entrée libre 45 rue Gambetta - Biarritz