"Monsieur Mélenchon, vous avez blessé un million d’électeurs"

·2 min de lecture

Dans «Balance ton post» en février, Jean-Luc Mélenchon a baptisé de «101e Dalmatien» Edouard Philippe dont la barbe a blanchi à cause d’un vitiligo. Des propos qui ont blessé de nombreuses personnes atteintes de cette maladie orpheline. L’Association Française du Vitiligo lui répond dans une tribune.

C’est une petite pique, glissée en fin d’émission, sur le ton de l’humour, qui n’est pas passée inaperçue et qui a blessé. Le 11 février, invité de «Balance ton post», qui a réuni ce soir-là un peu plus de 700 000 téléspectateurs, Jean-Luc-Mélenchon a eu une remarque sur la barbe d’Edouard Philippe, blanchie par endroits, à cause d’un vitiligo, maladie apparue durant ses années à Matignon. Evoquant «le bagne à l’état pur» qu’est la rue de Varenne, le leader de la France insoumise a ainsi ironisé face à Cyril Hanouna et ses chroniqueurs : «Vous avez vu monsieur Edouard Philippe, il est arrivé il était tout noir, il a fini comme le 101e Dalmatien, à moitié blanc, à moitié noir».

Lire aussi : Jean-Luc Mélenchon se moque d'Edouard Philippe qui "a fini comme le 101e Dalmatien"

Ces mots ont touché de nombreuses personnes atteintes de cette maladie, qui entendent ce genre de réflexions, de surnoms et de sobriquets bien trop régulièrement. «Nous avons reçu des mails de malades choqués qui expriment leur détresse, qui nous ont demandé d’agir», explique à Paris Match Jean-Marie Meurant, président de l’Association Française du Vitiligo. «C’est d’autant plus grave quand cela vient d’une personnalité politique», déplore-t-il.

«Nous étions déjà choqués lorsque nous avions découvert dans la presse le surnom donné à Edouard Philippe, par des ministres («Challenges » rapportait qu’il était alors surnommé «Kung-Fu Panda», «102e dalmatien » ou «vache normande», Ndlr). Cela restait anonymisé. Là, c’est Jean-Luc Mélenchon, à la télévision», souligne le président de cette association de défense et de soutien fondée il y a 30 ans.

"Derrière il y a un vrai problème de société"

L’association a souhaité réagir au sein d’une tribune -que nous(...)


Lire la suite sur Paris Match