Monsieur

Libération.fr

de Rohena Gera (Semaine de la critique).

Ashwin, un trentenaire aisé, fils de bonne famille à Bombay, vit dans un appartement trop grand qu’il partage avec une domestique, Ratna, jeune villageoise rêvant de devenir couturière. Revenu des Etats-Unis, Ashwin est mal à l’aise d’être servi par cette quasi-esclave, laquelle compatit de son côté à la mélancolie solitaire de son patron. Signé Rohena Gera, indienne ayant étudié à Stanford, coproduit par son mari, l’entrepreneur français exilé en Inde Brice Poisson (il y a notamment créé une fameuse boulangerie-pâtisserie), Monsieur est une étude de mœurs plutôt déprimante et mollement filmée, un quasi-huis clos répétitif, où tout conflit est évacué au profit d’une sorte de gestion sentimentale des écarts de classe et de caste.

Retrouvez cet article sur Liberation.fr

«Under the Silver Lake», Los Angeles parano
«En guerre» lasse
«Solo», Star Wars à vau-l’eau
Euforia
«Sofia», délit de grossesse