Monopoly prévoit une version écolo et solidaire de son célèbre jeu

·1 min de lecture

Même à 86 ans, on peut se renouveler. C’est ce que prouve Monopoly, le célèbre jeu de société de Hasbro, dont le succès n’est plus à prouver. La crise du Covid-19 a fait grimper ses ventes, mais cela n’empêche pas l’éditeur de vouloir quelque peu rénover son jeu de plateau, dont l’objectif est d’acheter un maximum de lieux, villes et monuments, à la défaveur de ses adversaires. Depuis le 19 mars, et jusqu’au 9 avril, les internautes sont invités à répondre à un grand sondage en ligne pour choisir 16 nouvelles cartes "caisses de communauté". Le but de ces nouvelles options est affiché : moderniser le jeu, et proposer des messages positifs, solidaires et pédagogiques.

Les messages faisant clairement référence à l’économie et à la ruine des partenaires de jeu devraient donc laisser la place, dans la nouvelle boîte qui devrait être distribuée à l’été 2021, à des discours environnementaux et citoyens. Ceux-ci devraient, selon l’éditeur, pouvoir attirer davantage la jeunesse, qui s’intéresse plus que ses parents et grands-parents aux enjeux sociaux et climatiques.

Parmi les choix proposés dans le sondage en ligne, les internautes peuvent donc donner un aspect positif au jeu de boursicotage. "Vous aidez une voisine à porter ses courses, elle vous prépare un repas pour vous remercier.", pourrait être une nouvelle carte à piocher. Ou alors "Miaou ! Vous tricotez des pulls douillets pour les chats sans fourrure du refuge animalier de votre quartier."

Le Monopoly se met même au goût du jour (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

1,6 tonne de fromage vendue : le défi relevé par l’abbaye de Citeaux
Le bitcoin interdit comme l’or en son temps ? L’hypothèse d’un patron de hedge fund américain
À Metz, des habitants dénoncent une arnaque à la “taxe Covid”
Les solutions radicales des entreprises américaines pour accélérer la vaccination de leurs salariés
Le Brésil veut lancer son vaccin Covid-19, ButanVac, après "d'excellents résultats des tests pré-cliniques"