Mongolie : l'écriture traditionnelle menacée

Le Hudun, l'écriture traditionnelle mongole, est vieux d'un millénaire et a pratiquement disparu de son pays d'origine. De plus, depuis peu, une réforme impose le mandarin dans les écoles de Mongolie-Intérieure. Cette région chinoise compte près de 4,5 millions de personnes d'origine mongole. "Il est alarmant pour nous de savoir que les personnes qui parlent la même langue perdent cette identité, affirme Zayabaatar Dalai, professeur d'écriture. (...) C'est un combat pour résister en tant que Mongol, pour préserver l'identité mongole." Un réseau social en Hudun Cette écriture traditionnelle est en danger en Mongolie même si elle est défendue par le gouvernement. Dans les rues d'Oulan-Bator, les enseignes en cyrillique occupent l'espace public, un héritage du régime pro-soviétique effondré en 1990. À l'école, les élèves étudient l'écriture traditionnelle pendant une année scolaire seulement. Alors, pour se reconnecter à l'alphabet antique, un programmeur a eu l'idée de créer un réseau social en Hudun baptisé Udam. Le gouvernement promet aussi que les documents officiels seront bilingues en 2025.