Un Monet vendu 35 millions de dollars lors des enchères de printemps à New York

La toile du peintre impresionniste français Claude Monet, "Meules à Giverny", présentée à la presse le 3 mai 2024 au siège de la maison d'enchères Sotheby's à New York. (TIMOTHY A. CLARY)
La toile du peintre impresionniste français Claude Monet, "Meules à Giverny", présentée à la presse le 3 mai 2024 au siège de la maison d'enchères Sotheby's à New York. (TIMOTHY A. CLARY)

Une toile du géant français de l’impressionnisme Claude Monet a été vendue mercredi soir aux enchères à New York près de 35 millions de dollars, a annoncé la maison Sotheby's.

Après un fléchissement du marché mondial de l'art en 2023, les grandes maisons d'enchères Christie's et Sotheby's ont lancé lundi leurs ventes de printemps dans la capitale américaine des arts et de la finance, dans un climat plutôt optimiste après de bons résultats à Londres et à Paris.

Sotheby's, qui appartient au milliardaire franco-israélien Patrick Drahi, a fait état mercredi soir de la vente en ligne, au téléphone et à son siège de Manhattan d'une cinquantaine de tableaux d'art moderne pour 235 millions de dollars.

L'une des toiles les plus chères, "Meules à Giverny" (1893) de Claude Monet, est partie "en huit minutes de bataille de surenchères" pour 34,8 millions de dollars, a indiqué une porte-parole.

Et une oeuvre de la Britannico-mexicaine Leonora Carrington (1917-2011) a battu un record aux enchères pour l'artiste avec "Les Distractions de Dagobert" vendue 28,5 millions de dollars à un acheteur "dans la salle après une bataille de dix minutes".

Cela "place Carrington parmi les cinq artistes femmes les mieux cotées, devant les surréalistes hommes, Max Ernst ou Salvador Dali", a fait valoir Sotheby's.

Sa concurrente Christie's, propriété de la holding Artémis du milliardaire français François Pinault, a subi depuis jeudi dernier une cyberattaque qui a perturbé son site internet où se déroule une partie des enchères. Mais la société a assuré avoir "géré" ce "problème de sureté technologique".

Lors de sa soirée mardi à son prestigieux siège du Rockefeller Center du coeur de Manhattan, Christie's avait vendu pour 115 millions de dollars d'oeuvres d'art contemporain, dont une partie de la collection d'une célèbre marchande d'art américano-cubaine de Miami décédée en février, Rosa de la Cruz.

Une toile de l'Américain Jean-Michel Basquiat "The Italian Version of Popeye has no Pork in his Diet" s'est vendue aussi 32 millions de dollars, loin toutefois des records de l'artiste new-yorkais de légende mort à 27 ans en 1988.

D'ailleurs, Basquiat a aussi dominé les deux soirées mardi et mercredi de la petite maison d'enchères Phillips avec "Untitled (ELMAR)" vendu 46,5 millions de dollars.

Dans le contexte des guerres en Ukraine et au Proche-Orient, avec moins d'acheteurs russes sur le marché, les ventes aux enchères mondiales d'oeuvres d'art ont atteint 14,9 milliards de dollars en 2023 contre 16 milliards en 2022 (-14,5%), année de sortie de la pandémie qui avait crevé tous les plafonds.

nr/lgo