Mondiaux de judo: "Encore un rêve qui tombe" pour Sarah-Léonie Cysique

Sarah Leonie Cysique (en bleu) contre la Canadienne Christa Deguchi, future championne du monde, en quart de finale des -57Kg des mondiaux de judo à Doha, mardi.
Sarah Leonie Cysique (en bleu) contre la Canadienne Christa Deguchi, future championne du monde, en quart de finale des -57Kg des mondiaux de judo à Doha, mardi.

Battue en repêchage, la vice-championne olympique de Tokyo Sarah-Léonie Cysique n'est pas parvenue à aller chercher une première médaille aux Championnats du monde de judo, mardi à Doha.

"Frustrant": le terme a été répété à n'en plus finir par la Française à l'issue de sa journée de combats.

Souvent médaillée dans les grands rendez-vous du calendrier du judo, la combattante de 24 ans n'a encore jamais réussi à décrocher l'or en individuel sur une compétition internationale, elle qui avait frôlé l'or olympique aux JO de Tokyo. Chez les séniors, elle attend toujours un premier podium mondial.

"Forcément je suis déçue et j'attends toujours plus de mes compétitions. Ne pas réussir à obtenir ce qu'on veut, c'est très frustrant. Et quand ça se répète, la frustration grandit", a-t-elle déclaré entre deux sanglots.

"C'est toujours de plus en plus dur et surtout à l'approche des Jeux (de Paris), j'ai envie de faire de grandes choses, de monter sur la première marche du podium. Ne pas y arriver c'est super dur."

La journée de Cysique avait démarré par une mise en jambe diesel contre la Cubaine Arnaes Odelin Garcia, puis une victoire convaincante par ippon après avoir immobilisé l'Allemande Pauline Starke. Au troisième tour, elle avait dû aller jusqu'au Golden Score pour dominer la Géorgienne Eteri Liparteliani.

Malgré les encouragements sonores de l'équipe de France, sa copine Romane Dicko en tête, elle s'est ensuite inclinée par ippon en quart de finale devant Christa Deguchi, championne du monde en 2019. Sur sa lancée, la Canadienne a ensuite remporté un nouvel or mondial face à la Japonaise Haruka Funakubo.

De retour sur les tatamis pour sa finale de repêchage, Cysique a elle chuté sur un waza-ari au cours du Golden Score, battue par une autre championne du monde canadienne, Jessica Klimkait, sacrée en 2021.

"En quarts déjà c'était très dur de perdre parce que c'est encore un rêve qui tombe. De ne pas avoir la médaille d'or, d'être championne du monde", a-t-elle déclaré. "Je me suis mobilisée pour aller chercher la médaille mais ça n'a pas suffi, elle était plus forte."

- Gaba avec ses tripes -

Cysique disputait sa première compétition depuis décembre lorsqu'elle s'était inclinée --et blessée-- en finale du Masters de Jérusalem. Mais la Française n'a pas voulu se "trouver des excuses". "La blessure, c'était une chose mais j'ai réussi à revenir et je me sentais bien. Je n'avais pas mal au genou", a-t-elle affirmé.

"Aujourd'hui, Sarah n'était pas aussi bonne qu'elle est capable de l'être. Elle a manqué un petit peu de rythme", a toutefois estimé son entraîneure Séverine Vandenhende.

Au troisième jour de compétition, les Bleus enregistrent leur première journée sans médaille puisque l'autre Français du jour, Joan-Benjamin Gaba, a été éliminé au deuxième tour.

Mais malgré la défaite, l'attitude "magnifique" du Français de 22 ans a été louée par son entraîneur. "Vous avez un garçon qui s'engage avec ses tripes, avec son courage et son énergie", s'est félicité Stéphane Auduc. "Aujourd'hui il manque encore quelques détails mais on n'est pas loin, on est sur des réglages et de l'expérience. Ca va arriver."

La journée de mercredi signera le grand retour de la double championne olympique de Tokyo Clarisse Agbégnénou (-63 kg), dix mois après la naissance de sa fille. Côté masculin, Alpha Djalo, monté récemment sur quatre podiums entre Grands Slams et Masters, défendra ses chances en -81 kg.

dif/cd/