Mondiaux d'athlétisme 2022: Kevin Mayer en or décroche la seule médaille française

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Kevin Mayer savoure après avoir remporté le décathlon aux Championnats du monde d'athlétisme dimanche 24 juillet, à Eugene, Oregon.
Kevin Mayer savoure après avoir remporté le décathlon aux Championnats du monde d'athlétisme dimanche 24 juillet, à Eugene, Oregon.

Kevin Mayer savoure après avoir remporté le décathlon aux Championnats du monde d'athlétisme dimanche 24 juillet, à Eugene, Oregon.

ATHLÉTISME - Une médaille d’or qui sauve l’honneur tricolore. Kevin Mayer a été sacré champion du monde du décathlon pour la deuxième fois, cinq ans plus tard, et a apporté à l’équipe de France sa première médaille au dernier jour de compétition à Eugene ce dimanche 24 juillet.

Kevin Mayer, également double médaillé d’argent olympique (2016 et 2021), a totalisé 8.816 points au bout des dix épreuves pour s’imposer devant le Canadien Pierce Lepage (8701) et l’Américain Zachery Ziemek (8676). Le champion olympique en titre, le Canadien Damian Warner, avait abandonné en plein 400m en fin de première journée, touché à la cuisse gauche.

À trente ans, Kevin Mayer entre dans le club très select des athlètes français doubles champions du monde en individuel, aux côtés de la légende Marie-Josée Pérec, sacrée sur 400 m en 1991 et en 1995, et de Eunice Barber, elle, couronnée sur l’heptathlon en 1999 et au saut en longueur en 2003.

“Le bonheur est exceptionnel”, a réagi le natif d’Argenteuil sitôt son titre acquis, au micro de France Télé. “La souffrance fait partie du plaisir, a-t-il philosophé. J’ai tellement souffert, mais la récompense est immense.”

Maigre moisson pour la France

À mi-parcours la veille au soir, Mayer occupait la sixième position, avec quelque 200 points de retard sur le leader provisoire, le Portoricain Ayden Owens-Delerme. Après un bon 100m et une performance dans ses standards à la longueur, le recordman du monde (9126 points en 2018) avait raté son lancer du poids à la mi-journée, avec un meilleur jet à 14,98 m, très loin de son record (17,08 m).

Sous un chaud soleil dimanche, le Montpelliérain a construit sa remontée au classement sur la perche (5,40 m) et le javelot (au-delà des 70 m) notamment. Même s’il s’est fait une frayeur à la perche, quand il s’est retrouvé dos au mur dès 5 m, finalement franchis à son troisième et dernier essai.

Mayer, tracassé par son talon d’Achille droit pendant de longues semaines en début d’année et qui avait par conséquent renoncé aux Mondiaux en salle début mars à Belgrade, disputait son premier décathlon depuis les Jeux olympiques de Tokyo traversés dos bloqué l’été dernier.

Il s’agit de la seule satisfaction tricolore de ces mondiaux d’athlétisme pour la délégation française. Mardi, le jeune coureur de 400 m haies Wilfried Happio a échoué d’un rien à décrocher une médaille pour les Bleus, terminant au pied du podium. Même constat pour Quentin Bigot, 4e du lancer de marteau en première semaine.

Malgré une cinquième place honorable ce dimanche, Renaud Lavillenie repart également bredouille de sa sixième finale mondiale. Chez les filles, Alice Finot, 10e du 3 000 steeple, a déçu malgré son record de France en séries battu. Désillusion également pour Rénelle Lamote, éliminée en demi-finales du 800 m, même si l’athlète française méritait sûrement mieux.

À voir également sur Le HuffPostSur le Tour de France, ce coureur a tout donné pour finir (de justesse) dans les délais

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles