Mondial au Qatar : le coup de gueule lunaire du patron de la Fifa contre les «leçons de morale»

© REUTERS

Le patron du football mondial Gianni Infantino a fustigé samedi "l'hypocrisie" des critiques occidentales envers le Mondial qatari qui s'ouvre dimanche, principalement au nom des droits humains, vantant les "progrès" obtenus dans ce domaine par la Fifa.

À lire aussi Coupe du monde 2022 : dates, calendrier, résultats et diffusion télé

"Donner des leçons de morale -toujours dans le même sens-, c'est simplement de l'hypocrisie", a lancé à la presse le président de l'instance, très offensif à la veille du match d'ouverture entre le Qatar et l'Equateur, après des mois de silence sur les multiples polémiques qui cernent le tournoi.

Le dirigeant de 52 ans a amplement puisé dans son histoire personnelle

Dans un monologue d'une heure, le dirigeant de 52 ans a amplement puisé dans son histoire personnelle pour affirmer se "sentir" à la fois "qatari", "arabe", africain", "gay", "handicapé" et même "travailleur immigré", lui qui est né en Suisse de parents venus d'Italie.

Je sais ce que c'est que d'être discriminé

Alors que de multiples médias et ONG ont documenté les conditions de travail harassantes sur les chantiers de la Coupe du monde, Gianni Infantino a assuré "savoir ce que c'est que d'être discriminé", parce qu'il a "été harcelé à l'école" en tant qu'enfant "roux et bouclé, avec des taches de rousseur, et qui parlait mal allemand".

"Et quand je suis arrivé à Doha la première fois, je suis allé voir certains de ces logements pour migrants et ça m'a ramené à...


Lire la suite sur ParisMatch