Mondial 2026 : Etats-Unis, Canada et Mexique font candidature commune

Libération.fr
Le président de la Fédération canadienne de football Victor Montagliani (g), celui de celle des Etats-Unis Sunil Gulati (c) et celui de celle du Mexique Decio de Maria lors d'une conférence de presse le 10 avril 2017 à New York

Pas de mur dans le football: les Etats-Unis, le Mexique et le Canada ont annoncé lundi qu’ils faisaient candidature commune pour organiser la Coupe du monde 2026, une alliance inédite qui a reçu, selon eux, la bénédiction de Donald Trump.

«C’est un jour important pour le football aux Etats-Unis et en Amérique, nous pensons que c’est la bonne décision pour notre région et pour notre sport», a déclaré lors d’une conférence de presse Sunil Gulati, le président de la Fédération américaine, entouré de ses homologues canadien Victor Montagliani et mexicain Decio de Maria.

«Avoir trois pays en lice rend notre candidature plus forte. A nous trois, nous avons une cinquantaine de stades qui répondent aux critères de la Fifa, nous avons les infrastructures hôtelières (...) C’est aussi un symbole d’unité largement positif dans le monde dans lequel nous vivons», a-t-il souligné, depuis l’observatoire du One World Trade Center, le gratte-ciel construit sur les lieux du World Trade Center.

La Fifa doit désigner le, ou les, pays-hôte(s) du Mondial-2026 en mai 2020. Mais cette candidature conjointe, aboutissement de «trois ou quatre ans de discrètes discussions», fait déjà figure de favorite alors que la Fifa a annoncé que ni l’Europe, ni l’Asie ne pourraient être considérées pour l’édition 2026 après les désignations de la Russie pour 2018 et du Qatar pour 2022.

À lire aussi :Mondial à 48 : ce que ça va vraiment changer

Etats-Unis : la part du lion

La Fédération américaine avait subi une cuisante défaite lorsque le Qatar avait emporté en 2010 l’organisation du Mondial-2022, dans des conditions opaques mises en évidence par l’enquête de la justice américaine sur le fonctionnement de la Fifa.

Ce «Fifagate» a sérieusement écorné l’image de l’organisation internationale. Son patron Sepp Blatter a depuis été remplacé par Gianni Infantino qui, avec le Mondial-2026, le premier avec 48 équipes contre 32 actuellement, a pour la première fois l’occasion de peser sur le choix du pays-hôte. Si cette (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Fed Cup: Caroline Garcia retenue pour le barrage France-Espagne malgré sa blessure (FFT)
Plainte pour viol: cinq rugbymen du FC Grenoble de nouveau entendus
Ligue de champions: Juventus-Barcelone, une revanche et des retrouvailles
Ligue des champions: Dortmund-Monaco, seul un mur jaune les sépare
Ligue des champions: les grands d’Espagne sont là, Monaco et Leicester en invités surprise

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages