"Des mondes construits", l’exposition qui rend hommage à la sculpture moderne au Centre Pompidou-Metz

Véronique Dalmaz

Pour cette nouvelle exposition Des mondes construits, le Centre Pompidou-Metz a fait son marché dans la plus grande collection de sculptures d’Europe. Celle du Centre Pompidou de Paris.


Le public est invité à découvrir une cinquantaine d’œuvres phares de Constantin Brancusi, Alberto Giacometti, Bruce Nauman, Rasheed Araeen ou encore Rachel Whiteread. Une quinzaine d’artistes, d’hier et d’aujourd’hui, en rupture avec la sculpture classique. "Traditionnellement la sculpture, c’est la statue. C’est par exemple montrer des Vénus. Au début du 20e siècle, beaucoup d’artistes vont vouloir redéfinir la sculpture vers l’abstraction. C'est-à-dire sculpter des formes géométriques". rappelle Hélène Meisel, chargée de recherche et d'exposition Centre Pompidou-Metz


Vers une sculpture nomade



Ces artistes avant-gardistes ne choisissent donc plus de représenter l’homme. Ils abandonnent aussi le concept de la sculpture pleine, en volume et immobile. Elle devient nomade et se déplace comme les six barres de bois ronds de l’artiste roumain André Cadere (1934-1967) que l’on peut voir disséminées dans l’exposition. André Cadere a poussé jusqu'au bout le nomadisme de la sculpture.Il avait coutume de déposer ses petits bâtons colorés dans des expositions où il n’était pas invité.

André Cadère venait (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi