"Dans quel monde vous vivez ?" : Franz-Olivier Giesbert s'emporte contre Gérard Miller

·1 min de lecture

Comment trouver un juste équilibre entre la préservation des libertés individuelles et celle de la sécurité sanitaire du pays en pleine épidémie ? Depuis près d’un an, c’est le dilemme constant d’Emmanuel Macron, confronté au coronavirus. Pour éviter que les services de réanimation ne soient trop surchargés, la crise sanitaire a poussé le président de la République à prendre des décisions radicales qui ont changé l’image de la France à l’étranger. Dans le classement de The Economist, la France est considérée comme la 24e démocratie en 2020, juste devant les États-Unis. Une information à l’origine d’un débat houleux dans l’émission Ça donne le ton sur LCI. Pour l’éditorialiste politique Gérard Miller, cette place dans le classement est le symbole d’une « démocratie défaillante », formule utilisée par le magazine britannique. Un point de vue qui a fait bondir Franz-Olivier Giesbert. « Qu’est-ce qu’il ne faut pas entendre. Mais dans quel monde vous vivez ? Sérieusement ! », a lancé le journaliste en haussant le ton, pas du tout convaincu par l’explication de texte du célèbre psychanalyste, connu pour son engagement à gauche.

« C’est une démocratie qui considère que tout doit être décidé verticalement, qu’un seul homme, le président de la République, doit nous annoncer ce que nous devons faire le lendemain, c’est ça la démocratie défaillante », a expliqué Gérard Miller. Il estime notamment qu’on demanderait à la police « trop de zèle ». C’est notamment cette idée d’un « état policier (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Laurent Maistret émouvant sur le combat de sa mère contre le cancer « entre espoir et désespoir »
François Asselineau mis en examen dans le cadre d’une enquête pour harcèlement sexuel
VIDÉO - « Vous vous taisez ! » : Cyril Hanouna remet Florian Philippot à sa place
"Je ne vous suis pas" : Apolline de Malherbe et la députée Souad Zitouni ont un échange tendu sur le voile
Jean-Marie Bigard et ses « lingots d’or gelés » : « Je me retrouve égorgé comme tout le monde »