Comment "Le Monde" a utilisé Internet pour son enquête sur les Ouïghours en Chine

·1 min de lecture

C’est une vidéo édifiante de 15 minutes qui illustre le quotidien des Ouïghours. Le Monde a publié la semaine dernière une enquête sur cette minorité musulmane sévèrement réprimée par les autorités chinoises dans le Xinjiang, dans le nord-ouest du pays. Malgré la censure et la chape de plomb imposées par le régime communiste, les journalistes du quotidien ont réussi à récolter de nombreuses preuves de ce système concentrationnaire dénoncé par de nombreux médias, ONG et même l’ONU.

Une enquête réalisée entièrement grâce à des données disponibles sur Internet à partir de ce qu’on appelle le Roso, le renseignement en sources ouvertes, comme les médias, les publications sur les réseaux sociaux ou les images satellites. Charles-Henry Groult, chef du service vidéo du Monde, a expliqué lundi matin sur Europe 1 les coulisses de ce travail aussi fastidieux que passionnant.

>> A LIRE - "J'ai vu des femmes mourir sous la torture" : une ex-prisonnière d'un camp de Ouïghours raconte

Des images satellite de centres d’internement

Selon les organisations de défense des droits de l’Homme, la Chine détiendrait arbitrairement plus d’un million de musulmans dans des "camps de rééducation". Pékin, qui nie ces accusations, parle de "centres de formation professionnelle" destinés à éloigner la population de l’extrémisme religieux. Pour obtenir des preuves de ce système concentrationnaire, les journalistes du Monde ont croisé de nombreuses sources afin de contourner la censure des autorités ch...


Lire la suite sur Europe1