«Tout le monde se sent touché» : les salariés d'Airbus mobilisés contre la réforme des retraites

© Adrien Nowak / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Des lignes de trains et de métros extrêmement perturbées, des enseignants absents ... Le mouvement de grève lancé par les syndicats ce jeudi 19 janvier, pour s'opposer à la réforme des retraites , sera particulièrement suivi dans le secteur public. Mais son cousin, le secteur privé, ne sera pas en reste non plus. A Toulouse, par exemple, un salarié sur huit de l'avionneur Airbus devrait défiler dans les rues, soit près de 2.500 personnes, selon les syndicats. "Pour voir une participation aussi massive, il faut remonter à au moins, il y a plus de dix ans", explique Guillaume Bonnet, de la CFE-CGC Airbus, au micro d'Europe 1.

>> Retrouvez Europe Matin en replay et en podcast ici

Des salariés qui ne comprennent pas

Pour le délégué syndical, pas de doute : il y aura du monde d'Airbus dans les rues. "On a vraiment cette sensation que tout le monde se sent touché" par la mobilisation, insiste-t-il. Alors, pour transporter les salariés, l'intersyndicale voit grand et affrète 42 bus au départ des différents sites de l'avionneur.

"On sera aux alentours de 2.500. Et il n'a pas fallu (dire) beaucoup pour convaincre. Beaucoup de salariés, du compagnon jusqu'au cadre nous sollicitent depuis plusieurs jours pour savoir quelles seront les modalités d'action", développe Bertrand Mendez de FO. Car "aujourd'hui un salarié qui a 60 ans ou 61 ans, qui a commencé tôt et notamment dans des métiers pénibles et nous en avons au sein d'Airbus, il va avoir du mal à accepter de travailler un a...


Lire la suite sur Europe1