Dans un monde plus riche en CO2, il y aura moins de cultures nutritives

Le dioxyde de carbone (CO2), les plantes en ont besoin. Elles l’utilisent pour la photosynthèse. Et certaines apprécient grandement l’augmentation des taux de CO2 dans notre atmosphère. Ça leur permet de pousser plus vite. De devenir plus grosses. Mais de nouveaux travaux semblent vouloir aujourd’hui tempérer quelque peu cet enthousiasme. Ce « bon côté » de nos émissions de CO2.

Pour comprendre, rappelons que le CO2 est intégré par les plantes dans les sucres dont elles tirent leur énergie. Mais le processus ne leur fournit pas les minéraux essentiels dont elles ont besoin pour se développer. Ces minéraux, ce sont l’azote, le phosphore ou encore le fer. Et les plantes les puissent du sol grâce à leurs racines.

Sur ce schéma, les principales hypothèses émises par les chercheurs pour expliquer la baisse de la concentration en minéraux dans les plantes avec l’augmentation des taux de dioxyde de carbone (CO2) dans l’atmosphère. © Alain Gojon et al., Université de Montpellier, CNRS, Inrae
Sur ce schéma, les principales hypothèses émises par les chercheurs pour expliquer la baisse de la concentration en minéraux dans les plantes avec l’augmentation des taux de dioxyde de carbone (CO2) dans l’atmosphère. © Alain Gojon et al., Université de Montpellier, CNRS, Inrae

Des mécanismes qui restent à comprendre

Or, la revue réalisée par les chercheurs de l’Institut des sciences des plantes, à Montpellier, montre que, dans les conditions attendues à la fin de notre siècle, la concentration en azote dans la plupart des plantes devrait diminuer. C’est gênant parce que les plantes auront alors du mal à construire leurs tissus. Et parce qu’elles auront aussi du mal à fabriquer des protéines. Il faut ainsi s’attendre à ce que la composition en nutriments des principales cultures dans le monde — le riz ou le blé — soit affectée négativement. Les chercheurs envisagent une baisse de 20 à 30 % de la quantité de protéines dans les plantes que nous consommons.

2</sub>%20est-elle%20bonne%20pour%20les%20plantes%20?" target="seemore">La hausse du niveau de CO2 est-elle bonne pour les plantes ?

Au-delà du problème posé à la sécurité alimentaire, le phénomène pourrait aussi conduire à une boucle de rétroaction négative dans la lutte contre le réchauffement climatique. Si les végétaux sont déficients en minéraux, il se pourrait qu’ils ne...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura