Le monde par quatre chemins

Libération.fr

Situation au Moyen-Orient, politique migratoire, défense, diplomatie… «Libération» fait débattre les conseillers de François Fillon, Benoît Hamon, Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon sur leurs programmes respectifs en matière de politique étrangère.

La politique étrangère française, dans cette campagne électorale, a souvent été ramenée à la seule question des relations avec Moscou. Sans doute car c’est l’un des points de désaccord les plus prononcés entre les candidats, et qu’il est d’une actualité brûlante. Mais la table ronde organisée par Libération avec leurs représentants montre qu’ils expriment aussi des visions nettement différentes de la solidarité internationale, de la crise migratoire, des conflits actuels ou du système onusien. Djordje Kuzmanovic (spécialiste de ces questions pour La France insoumise), Pouria Amirshahi (député et membre de l’équipe de campagne de Benoît Hamon), Marielle de Sarnez (eurodéputée Modem et soutien d’Emmanuel Macron) et Alain Cadec (député européen proche de François Fillon) ont répondu aux questions des journalistes du service Etranger deux heures durant.

Vous inscrivez-vous en rupture avec la politique étrangère du quinquennat de François Hollande ?

Djordje Kuzmanovic : Oui, en rupture totale, d’abord avec le traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance [TSCG, le pacte budgétaire européen]. Je rappelle que François Hollande devait le renégocier. Il n’a pas changé une virgule. Nous considérons qu’à cause des traités de libre-échange, des traités européens et des critères de convergence qui en découlent, celui qui sera au pouvoir ne pourra pas gouverner. Si vous n’avez pas le droit de dépenser l’argent public, vous ne pouvez rien faire !

Marielle de Sarnez : Décider d’intervenir au Sahel pour éviter une déstabilisation de cette partie du continent africain, c’était une bonne décision. Participer à une coalition en Syrie contre Daech, sous mandat de l’ONU, aussi. Mais, faute d’avoir porté une vision claire pour (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Palinodies
Donald Trump et Xi Jinping, premier face-à-face en Floride
Argentine : première grève générale contre le président Macri
Qui a viré Steve Bannon du Conseil national de sécurité ?
Tunisie Un an de prison pour avoir remixé l’appel à la prière musulmane

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages