"Tout le monde est sur le pont" : la Meurthe-et-Moselle en vigilance rouge "crues"

La Meurthe-et-Moselle a été placée en vigilance rouge "crues" samedi après-midi par Météo-France, soit le même niveau de vigilance que pour le département voisin de la Moselle, où la situation s'améliorait après les précipitations abondantes de la veille qui ont donné lieu à des inondations.

La rivière Nied allemande a débordé à Créhange, en Moselle, le 18 mai 2024 (Jean-Christophe VERHAEGEN)

"Les pluies importantes observées ont entraîné une réaction de la Vezouze", rivière prenant sa source dans les Vosges et se jetant dans la Meurthe, indique Vigicrues dans son bulletin évoquant une "crue exceptionnelle sur le secteur de Lunéville".

La hausse du niveau de l'eau "se poursuit ce samedi" et pourrait atteindre les mêmes hauteurs que lors de l'épisode d'inondations de 2006, précise l'organisme. L'eau pourrait atteindre 3,38 mètres de haut dans la nuit de samedi à dimanche, alors qu'elle était 0,77 mètre vendredi.

"L'onde de crue devrait arriver en fin de journée, nous sommes sur une cinétique plutôt lente, ce ne sont pas des crues subites", a indiqué à l'AFP la préfecture de Meurthe-et-Moselle.

"On s'y prépare depuis deux jours, on a barré un certain nombre de rues, des pompes sont en marche pour évacuer l'eau qui monte, les pompiers sont sur place", a expliqué à l'AFP la maire de Lunéville, Catherine Paillard. "On a fait tout ce qu'il fallait, mais on demande aux habitants d'être attentifs."

"Tout le monde est sur le pont, toutes les personnes d'astreinte ont été rappelées", a déclaré à l'AFP Bruno Minutiello, président de la communauté de communes du Territoire de Lunéville à Baccarat. "On a une difficulté, c'est que Lunéville est à l'embranchement entre la Meurthe et la Vezouze, et on a une crue de chaque côté. On sait qu'il y aura des débordements qu'on ne pourra pas contenir."

Dans le département voisin de la Moselle, la situation "s'améliore" selon la préfecture, malgré les crues de la rivière Nied qui valent au département d'être également classé en vigilance rouge.

"Les pluies exceptionnelles observées ont provoqué une montée rapide sur tous les cours d'eau du bassin versant des Nieds", expose Vigicrues, qui fait état d'une "menace directe et généralisée de la sécurité des personnes et des biens".

"La situation reste compliquée à Hombourg-Haut" ou "dans la vallée de la Nieds", confirme la préfecture, qui mentionne un glissement de terrain à Bousseviller, et un "point d'attention particulier" sur la digue de Saltzbronn.

"On est sur un plateau, la crue s'est stabilisée, on espère ensuite la baisse. Mais on reste vigilants, tout le monde est mobilisé", a déclaré à l'AFP Armel Chabane, le maire de Bouzonville, commune traversée par la Nied. "A l'heure actuelle, on n'a pas de gros dégâts à signaler, mais on n'a pas encore accès à toutes les zones."

La Moselle a connu des précipitations abondantes vendredi, "l'équivalent de plus d'un mois de pluie est tombé en moins de 24 heures", selon la préfecture. Plus de 1.000 sapeurs-pompiers et 642 engins ont été mobilisés pour répondre à l'urgence.

Dans les communes touchées la veille par les inondations, l'heure est aux opérations de pompage et de nettoyage.

"On est en train de gérer la décrue et de récupérer les places, les routes et les espaces publics qui ont pu être dégradés par la montée des eaux", a expliqué Philippe Schutz, maire de Boulay-Moselle. "Sur une place, la rivière a fait pression sur des murs qui se sont effondrés. On a aussi la maison du département qui a son mur de ceinture qui a été emporté."

D'autres rivières sont également classées en vigilance orange aux crues, notamment la Moder, dans le département voisin du Bas-Rhin, ainsi que la Sarre et la Zorn.

"La tendance générale est à la décrue", a indiqué la préfecture du Bas-Rhin dans un communiqué, réclamant tout de même aux habitants de ne pas s'approcher des cours d'eau.

"Eu égard à l'impact des inondations sur les habitations et les commerces, en particulier dans la commune de Diemeringen, la préfète sollicitera une reconnaissance de catastrophe naturelle pour cette commune", précise la préfecture.