Le monde politique salue la mémoire de l'ex-président français Valéry Giscard d'Estaing

·3 min de lecture

Les messages aux proches de Valéry Giscard d'Estaing ont afflué, mercredi soir, après l'annonce de son décès des suites du Covid-19. La classe politique française a rendu hommage à cette grande figure de la Ve République.

Après la mort de l'ancien président français Valéry Giscard d'Estaing, mercredi 2 décembre à l'âge de 94 ans, les hommages se sont multipliés au sein de la classe politique française.

Le président français Emmanuel Macron a salué un chef d'État dont "le septennat transforma la France". "Les orientations qu’il avait données à la France guident encore nos pas. Serviteur de l’État, homme politique de progrès et de liberté, sa mort est un deuil pour la nation française", a ajouté Emmanuel Macron dans un long message de condoléances communiqué par la présidence de la République.

Deux autres de ses successeurs à l'Élysée ont honoré sa mémoire : Nicolas Sarkozy a salué "un homme qui a fait honneur à la France, un homme pour qui j'ai éprouvé de l'admiration et avec qui j'ai toujours eu plaisir à débattre", tandis que François Hollande a regretté que la France perde "un homme d'État qui a fait le choix de l'ouverture au monde", en voyant dans VGE un président "résolument européen" mais qui n'a "pas toujours été compris".

Minute de silence au Parlement

L'Assemblée et le Sénat, qui siégeaient au moment de l'annonce du décès, ont observé une minute de silence. Richard Ferrand, président de l'Assemblée nationale, a souligné son "émotion" en apprenant la nouvelle : "L'idéal européen perd l'un de ses fondateurs, la France, un président qui lui a apporté modernité et audaces : majorité à 18 ans, légalisation de l'IVG... Respectueusement, à sa mémoire."

Christophe Castaner, président du groupe LREM à l'Assemblée nationale, lui a rendu un "hommage ému" : "Avec l'Europe au cœur, il a écrit une page forte de l'histoire de notre République. Son action moderne et résolument progressiste, au service des Français, marquera longtemps son héritage."

Christian Jacob, président de LR, se souvient d'un homme "qui aura incontestablement marqué de son empreinte la Ve République. Il œuvra avec conviction et détermination à la modernisation de notre société."

"Un grand vent de modernité"

Marine Le Pen, présidente du Rassemblement national, a présenté ses "condoléances aux proches de Valéry Giscard d'Estaing". "Président d'une France en crise, il fut l'artisan de nouvelles libertés publiques et un ardent soutien du progrès technologique", a ajouté la patronne du parti d'extrême droite.

Julien Bayou, secrétaire national d'EELV, a adressé ses "pensées" aux proches de VGE, rendant hommage au président "de la majorité à 18 ans, de la dépénalisation de l’avortement et du divorce par consentement mutuel".

Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France, a déclaré que "VGE aura marqué par son esprit brillant la politique française. Quels que soient nos désaccords fondamentaux, je veux rendre hommage à l’ancien combattant de la 1e armée française de 1945, au ministre des Finances du général de Gaulle et au troisième président de la Ve République."

Fabien Roussel, secrétaire national du PCF, a salué "un homme de conviction qui a, jusqu’au bout, y compris avec le Traité constitutionnel, défendu une économie et une Europe très libérale".

"Pour des générations entières, notamment pour ceux qui se sont engagés auprès de lui dans leur jeunesse, il a fait souffler un grand vent de modernité sur la société française et fait naître un immense espoir de dépassement et de rassemblement", a réagi auprès de l'AFP François Bayrou, qui fit avec lui ses premiers pas en politique et qui fut son successeur à la tête du parti UDF. "Il reste l'immense souvenir d'intelligence et rires partagés, en même temps qu'une grande nostalgie", a-t-il ajouté.

Avec AFP