Le monde de la musique exige la reprise des concerts debout

·3 min de lecture
Les concerts debout sont interdits depuis ce lundi 3 janvier. (Photo d'illustration) (Photo: gilaxia via Getty Images)
Les concerts debout sont interdits depuis ce lundi 3 janvier. (Photo d'illustration) (Photo: gilaxia via Getty Images)

MUSIQUE - Depuis les annonces du gouvernement, à la fin du mois de décembre dernier, concernant l’interdiction des concerts debout et le retour des jauges pour les grands rassemblements, le monde de la musique est en colère. Ce mardi 4 janvier, deux instances du milieu appellent à la levée de ces mesures.

Dans un communiqué de presse, le Syndicat des musiques actuelles (SMA) et la Fédération des lieux de musiques actuelles (FEDELIMA) dénoncent “une nouvelle fois la stigmatisation du secteur”. “Nous servons encore de bouc émissaire au gouvernement, puisqu’à la période de Noël, les salles de concert étaient fermées, comme chaque année, en raison des fêtes de fin d’année”, peut-on lire.

Par ailleurs, poursuivent les organismes, “nous révoquons le traitement inéquitable que le gouvernement réserve à notre secteur et demandons à ce qu’il cesse au plus vite. En effet, la reprise de nos activités depuis le 1er juillet dernier est déjà extrêmement complexe après tant de mois de fermeture.”

Un peu plus d’une semaine avant la parution de cette lettre, la ministre de la Culture Roselyne Bachelot avait, elle, défendu ces mesures, soulignant que cela permettait à “l’immense majorité des théâtres et salles de spectacles” de rester ouvertes. Ce n’est pas le cas de toutes, comme en témoigne la fermeture provisoire de la Maroquinerie à Paris, sa taille et sa jauge ne permettant pas de version assise.

Artistes en colère, report de tournée

En réaction aux nouvelles restrictions, des artistes comme Julien Doré, Grand Corps Malade ou Eddy de Pretto avaient, eux, dénoncé l’absence de règles similaires pour les meetings politiques. D’autres, comme le rappeur Orelsan, ont préféré reporter le début de leur tournée. “On va profiter de ce délai pour faire un show encore plus fou”, a-t-il assuré.

Les mesures, en vigueur depuis ce lundi 3 janvier 2022 pour freiner la cinquième vague de l’épidémie et la propagation du variant Omicron, s’appliquent, pour le moment, pour une durée de trois semaines, “mais nous tablons sur six, donc une possible reprise aux vacances de février”, souffle Olivier Poubelle, le tourneur d’Orelsan, dans les colonnes de Télérama.

Pour la FEDELIMA et le SMA, le monde de la musique est en danger, alors même que le concert-test d’Indochine, au mois de mai 2021, a par exemple démontré qu’il n’avait pas contribué à un sur-risque de transmission du Covid-19. Une étude publiée, fin novembre 2021 dans The Lancet, allait aussi dans ce sens, précisant “que les concerts qui se sont tenus entre fin mai et mi-août ne représentaient pas de risque supplémentaire de contracter le variant Delta”.

Pour ces raisons, “nous demandons une reprise des concerts debout dans les meilleurs délais et dans les mêmes conditions que celles imposées aux autres établissements recevant du public”, exigent les organismes, rappelant par là même que “les salles de concert sont d’ores et déjà soumises aux règles de présentation du pass sanitaire et de port du masque”.

À voir également sur Le HuffPost: Après 2 ans sans concert, les BTS ont failli pleurer pour leur retour sur scène

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles