"Le monde est mourant et nous sommes incapables de le remarquer", alerte l'écrivaine Olga Tokarczuk dans son allocution pré-Nobel

franceinfo Culture avec agences

L'écrivain autrichien Peter Handke, prix Nobel de littérature 2019 et la Polonaise Olga Tokarczuk, lauréate 2018 (le prix avait été reporté d'un an) ont dû prononcer samedi 7 décembre, une "allocution préalable" à la remise du prix. Les deux lauréats, tout comme ceux des Nobel de médecine, chimie, physique et économie, recevront leurs prix mardi 11 décembre des mains du roi de Suède, Carl XVI Gustav.

Aucun journaliste n'était autorisé à assister aux allocutions prononcées dans la majestueuses salle de la Bourse au premier étage de l'Académie suédoise, qui décerne les prix. Ceci "pour des raisons de sécurité", a affirmé à l'AFP une source proche des organisateurs. Les interventions étaient retransmises en direct sur le site de la Fondation Nobel.


Peter Handke évite la polémique sur ses positions pro-serbes

La "lecture" de l'écrivain autrichien, rattrapé la veille lors d'une conférence de presse par la polémique sur ses positions pro-Serbes pendant les guerres dans l'ex-Yougoslavie, a évité soigneusement toute controverse. Peter Handke a consacré sa "lecture" à la place des souvenirs dans son oeuvre.

En se concentrant sur ses réminiscences littéraires et le rôle prépondérant des récits de sa mère, l'auteur de 77 ans, très ému lors de la lecture de son texte, a (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi