Le monde doit se préparer à une grave et longue pénurie de cuivre

Il est partout, et partout il pourrait manquer. | Ra Dragon via Unsplash

Il est pourtant indispensable, notamment à nos horizons plus verts.

Le constat dressé par Bloomberg, mais aussi et surtout par les experts interrogés par le média américain, est sombre: selon toute vraisemblance, le monde se dirige droit vers une longue et grave pénurie de cuivre.

Une pénurie? Drôle de phénomène: comme le note le site, le prix du métal a très largement chuté ces derniers mois (de près d'un tiers depuis le printemps). Ce qui semble être signe d'abondance aujourd'hui peut pourtant signifier un énorme trou demain, à moyen et à plus long terme, de tels prix bas n'encourageant pas les géants du secteur à investir dans de nouvelles mines.

Celles-ci, pourtant, seront bientôt indispensables. Car le cuivre est partout: de nos câbles électriques à nos grille-pain, de nos ordinateurs à nos automobiles –et deux fois plus si elles sont électriques–, il est l'omniprésent métal de nos croissances actuelles comme à venir.

Et bien que son exploitation minière soit des plus polluantes, il sera indispensable à l'électrification de nos société décarbonées –en quelque sorte, les besoins croissants de cuivre sont désormais inscrits dans les lois de nombreuses nations.

Selon des chiffres de S&P Global avancés par Bloomberg, la demande devrait ainsi croître de plus de 50% entre 2022 et 2040, avec des objectifs «zéro émission nette» qui lui feraient atteindre les 50 millions de tonnes en 2035.

Copper sur la ville

Problème: l'offre, elle, devrait stagner et atteindre son pic en 2024. Toujours selon S&P Global, le déficit annuel pourrait atteindre 10 millions de tonnes en 2035.

Goldman Sachs estime de son côté que 150 milliards de dollars d'investissements, soit à peu près la même somme en euros, seraient nécessaires dans les dix années à venir pour combler un déficit de 8 millions de tonnes. Quant à...

Lire la suite sur korii.

VIDÉO - Guinée : la production agricole menacée à cause de la raréfaction des engrais