Tout le monde doit-il faire un rappel anti-Covid ? Les experts sont divisés

·2 min de lecture

Alors que l'épidémie de Covid-19 semble reprendre du poil de la bête, la question de l'accès à une dose de rappel de vaccin anti-Covid est sous le feu des projecteurs.

Les Etats-Unis devraient dans les jours qui viennent généraliser l'accès à une dose de rappel de vaccin anti-Covid. En Europe, l'Allemagne vient de prendre cette décision. Dans un contexte de reprise épidémique, beaucoup de scientifiques considèrent qu'il est en effet temps. Mais certains expriment des réserves, sachant que le vaccin en deux doses reste très efficace contre les cas graves de la maladie et les décès. Le point sur les différents arguments.

Pourquoi maintenant ?

Les rappels ont été un sujet de dispute entre les experts. Un comité consultatif de l'Agence américaine des médicaments (FDA) avait voté en septembre contre un rappel accessible à tous, et resserré les critères d'éligibilité à certaines catégories de population seulement (les plus âgés, fragiles ou exposés). Qu'est-ce qui a changé entre temps ?

Pour Vincent Rajkumar, professeur à la Mayo Clinic à Rochester, dans l'Etat américain du Minnesota, l'un des principaux nouveaux arguments est l'essai clinique mené par Pfizer sur 10.000 personnes de 16 ans et plus. Il a montré que l'efficacité après une dose de rappel remontait à 95.6% contre les formes symptomatiques de la maladie. Il y a aussi l'exemple d'Israël, qui a combattu la vague causée par le variant Delta à l'aide d'une vaste campagne de rappel. Plus récemment, des données britanniques sur des personnes de plus de 50 ans ont montré que l'efficacité du vaccin après une dose de rappel dépassait le niveau de protection atteint après les deux doses initiales.

"La réponse purement scientifique à la question 'est-ce que les rappels fonctionnent ?' est oui, il n'y a aucun doute," pose le professeur. Il se dit également inquiet par les cas de Covid-19 chez les personnes vaccinées. Même si celles-ci ont beaucoup moins de chance de mourir ou d'être hospitalisées, de nouvelles données au Minnesota montrent que "les décès parmi les personnes vaccinées ne sont pas au nombre de zéro."

Actuellement : environ un décès pour 100.000 personnes par semaine (comp[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles