Dans le monde arabo-musulman, la présidentielle française couverte a minima

·1 min de lecture
Dans le monde arabo-musulman, la présidentielle française couverte a minima
Photo/JOSEPH EID / AFP

La présidentielle française passe presque inaperçue au Moyen-Orient, rapporte ce vendredi 22 avril le quotidien libanais L’Orient-Le Jour, dans le cadre d’un tour d’horizon des médias de la région.

Le quotidien impute ce désintérêt à l’absence des thèmes traditionnels liés à la région – Syrie, Iran et Palestine en tête – de la campagne et du débat présidentiels, largement éclipsés par la guerre en Ukraine, l’Europe et les “préoccupations domestiques”.

“De l’Irak à l’Égypte en passant par la Syrie ou la Jordanie, la campagne présidentielle ne passionne pas les foules. C’était même silence radio pour ces pays avant le fameux débat de l’entre-deux-tours […]. À se demander presque si l’information était relayée par les quotidiens officiels.”

Pour le politologue Karim Émile Bitar, cité par le journal francophone, “il y a aussi dans une certaine mesure le sentiment que la France, tout en étant toujours un acteur très présent au Levant, n’a peut-être plus la même influence stratégique que dans le passé”.

“Le fait que la France soit perçue comme n’accordant plus une importance prioritaire à la question palestinienne a contribué à un détachement des opinions publiques de la région”, ajoute-t-il.

Le Golfe et le Maghreb préoccupés

Si les médias du Levant – connu aussi sous le nom de “Proche-Orient” – assurent ainsi “le service minimum” en termes de couverture et que le scrutin dans ces pays ne suscite l’intérêt que “des élites francophones”, selon L’Orient-Le Jour, le Maghreb reste quant à lui “le grand concerné de la présidentielle”, tandis que dans le Golfe “l’attention pour cette élection est particulièrement visible dans les médias saoudiens, émiratis et qataris”.

Cela découle des liens diplomatiques et économiques renforcés avec Paris sous le mandat d’Emmanuel Macron et des craintes liées à la montée de l’extrême droite, explique le journal libanais, qui cite certains médias du Golfe.

“Pour la chaîne Al-Jazeera, si le projet d’Emmanuel Macron a ‘restreint la liberté religieuse’ de la communauté musulmane, celui de Marine Le Pen est perçu comme davantage radical.”

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles